Jump to content
Concours photos du mois de Janvier 2021 ( Votre Voiture en 3/4 Arrière ) . Read more... ×
jasonbrody

News auto

Recommended Posts

BMW X7 par Manhart, le plus méchant de tous ?

 
                            788444.jpg?itok=40GEM2no  

En passant entre les mains de Manhart, le BMW X7 s'encanaille, passant du gros SUV premium familial à un engin quasi-militaire.

Qui a dit que le gentil BMW X7 ne pouvait pas se transformer en méchant SUV ? Sûrement pas Manhart ! Le préparateur allemand présente son MHX7 650 Dirt Edition, autrement dit un X7 M50i aux allures de bandit.

Premier élément à sauter aux yeux, sa livrée noire mate aux rivets conçus en 3D. Ajoutez à cela des jantes noires avec des pneus tout-terrain et vous obtenez un X7 décidément plus aguicheur.

 

Manhart a également profité de l'occasion pour augmenter la garde au sol du MHX7 avec un châssis retravaillé. De quoi lui permettre de s'aventurer plus facilement sur les chemins les plus glissants et accidentés.

                            788442.jpg?itok=mLJQ1UWx

650 chevaux sous le capot

De nombreuses personnes se seraient contentées du V8 4.4 de 523 chevaux du X7 de base. Pas Manhart ! Le tuneur a donc décidé d'augmenter la puissance jusqu'à 650 ch et 920 Nm de couple en retravaillant l'admission, la cartographie moteur et en greffant un nouveau système d'échappement.

Pour l'intérieur, pas de changement. Ce sera au bon vouloir du client qui pourra personnaliser son habitacle si il le souhaite. Pour rendre le BMW X7 plus méchant, il faudra débourser un peu plus de 15 000 €.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pagani Huayra Roadster : 840 ch pour la Tricolore

 
                         01_4.jpg?itok=1KB0cEzV 

Pagani rend hommage aux "Frecce Tricolori", autrement dit à la patrouille acrobatique de l'armée de l'air italienne, avec la Huayra Roadster Tricolore. Au programme, 840 chevaux sous le capot, 5,5 millions d'euros l'unité et seulement trois exemplaires produits.

Y a-t-il quelque chose de plus exclusif qu'une Pagani ? Eh bien oui, une Pagani en série limitée ! Dernier exemple en date, la Huayra Roadster Tricolore et ses 3 exemplaires rendant hommage aux Frecce Tricolori, la patrouille acrobatique de l'armée de l'air italienne qui fête cette année ses 60 ans d'activité.

Vendue 5,5 millions d'euros l'unité, la Huayra Roadster Tricolore se caractérise par une numérotation spécifique en lien avec la patrouille acrobatique : 0, 1 et 10 suivant le numéro des 3 principaux leaders de la formation. La livrée reprend logiquement celle des avions des Frecce Tricolori avec le tricolore italien habillant les flancs et contrastant avec le carbone bleu de la carrosserie.

 

Les autres changements concernent les jantes façon turbine, un bouclier avant redessiné, une nouvelle prise d'air favorisant l'arrivée d'air dans le compartiment moteur, un nouveau diffuseur à l'arrière ainsi qu'un aileron exclusivement conçu pour cette série limitée.

                       02_3.jpg?itok=utWbUegO

V12 de 840 ch

L'habitacle de la sportive s'habille de cuir bicolore blanc et bleu avec des inserts tricolores et le logo de la patrouille cousu sur les appui-têtes. Sans oublier des finitions en aluminium anodisé et bien évidemment, du carbone.

Sous le capot, on retrouve comme à l'accoutumée, un V12 créé par AMG pour Pagani, développant 840 ch et 1.100 Nm de couple, associé à une boîte automatique à 7 rapports. Malheureusement, Pagani n'a dévoilé aucune information concernant les performances de son bolide.

 

 

5fdcb442c1ff4.jpg?itok=7X1rNSdv
5fdcb442cf2d1.jpg?itok=UWfPJIpO
5fdcb442daf64.jpg?itok=cPfz3fni
5fdcb442e5fe0.jpg?itok=K1JBVlLT
5fdcb442ed6dc.jpg?itok=LA2dblBH
5fdcb44302629.jpg?itok=QeCSm0Wc
5fdcb4430b0ad.jpg?itok=rGWIc5r8
5fdcb443126eb.jpg?itok=kSpF1G2l
 
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

   Bentley Une Flying Spur spéciale

 
                             Bentley%202.jpg?itok=-ZZLKI3T 
 

Une année aussi étrange que 2020 nécessitait forcément une monture spéciale pour le Père Noël.

Et voilà, nous arrivons enfin au terme de l'année 2020. Une année qui ne laissera pas spécialement de bons souvenirs à l'humanité, confrontée à une crise mondiale sans précédent qui l'aura forcée à ne plus vivre normalement.

Mais avant de passer à 2021, il reste encore la période de Noël et ce fameux moment attendu par tous les enfants du monde : celui où le Père Noël vient livrer ses cadeaux à ceux qui ont été sages. Et pour sa mission, le Père Noël pourra compter sur une nouvelle monture particulièrement voyante.

 

Une Flying Spur spéciale

Bentley vient en effet de lever le voile sur sa Flying Spur spéciale, conçue sur-mesure pour le barbu le plus célèbre de tous les temps. Notez la petite statuette de rêne au-dessus du capot, les jantes dorées et l'étrange peinture sur les flancs de la carrosserie. A noter qu'il s'agit de la version V8 bi-turbo, développant 550 chevaux en puissance maximale.

 

Previou5fddba4056580.jpg?itok=mae9jshd
5fddba4062c02.jpg?itok=X70jdGtD
5fddba406d5fe.jpg?itok=8mzJp4Cp
5fddba4077af9.jpg?itok=_utELkfu
5fddba40853b9.jpg?itok=OByZnscE
 
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette Corvette C7 de course vaut près d’1 million de dollars

 
                                     Chevrolet Corvette C7.R 

Qui n'a jamais rêvé d'acheter une voiture de course avec un palmarès à plusieurs victoires ? Eh bien c'est possible si vous avez près d'un million de dollars à dépenser pour acheter cette Corvette C7.R.

Même si c'est original pour une Corvette, une Stingray à moteur central arrière ne convient pas à tout le monde. Certains pensent qu'un V8 sur l'essieu avant, une boîte mécanique et les deux seules roues arrière motrices sont les ingrédients inévitables pour une « vraie Corvette ». Une chose est sure : les versions les plus hardcores sont souvent les plus appréciées des puristes, la preuve avec cette voiture de course qui vient d'être mise en vente. Il s'agit d'une Corvette C7.R victorieuse en course.

La voiture en question est proposée par Fantasy Junction pour 950.000 dollars. Avant de dire que cette somme astronomique n'est pas justifiée, il faut tout de même se rappeler qu'il s'agit du châssis #003, qui a remporté les 24 Heures de Daytona en 2014 et l'édition 2015 des 12 Heures de Sebring Mobil1. Sans compter que même si elle n'a pas gagné, cette Corvette C7.R a participé aux 24 Heures du Mans. Autant dire que c'est une machine pas comme les autres… un morceau d'histoire en somme.

 
                        Chevrolet Corvette C7.R

Presque 1 million de dollars

Cette Chevrolet un peu spécial a été construite par Pratt & Miller Engineering, partenaire de course de longue date de Chevrolet. L'annonce sur Fantasy Junction indique « qu'aucune autre Corvette n'est aussi sophistiquée et aérodynamiquement avancée que la C7.R ». En substance, ce modèle de course est l'une des Corvette les plus abouties.

Ce châssis particulier est également la Corvette la plus réussie des séries GTLM et GTAM. Un certain nombre de pièces de rechange sont incluses avec la voiture, pour une valeur de plus de 150.000 dollars. Vous recevez également une lettre de confirmation de Pratt & Miller confirmant la provenance et le succès passé de cette dernière. Alors qu'est-ce que vous attendez ? Offrez-vous le cadeau de Noël ultime et offrez-nous le plaisir d'entendre hurler ce V8 américain !

 

5fe0966c02d26.jpg?itok=IRhyvuGC
5fe0966c1285e.jpg?itok=mBDdbFRC
5fe0966c19620.jpg?itok=aAKeCHkR
5fe0966c1f2b6.jpg?itok=IBxXwe9A
5fe0966c25236.jpg?itok=WQgxVsKN
5fe0966c2cae6.jpg?itok=wvx-IiDh
5fe0966c3371d.jpg?itok=E0TJ11WH
5fe0966c39781.jpg?itok=B1DhzP7T
5fe0966c43587.jpg?itok=cMqV0WKm
5fe0966c493b2.jpg?itok=QReaOTqJ
5fe0966c50f57.jpg?itok=pphU_Pm-
5fe0966c58765.jpg?itok=zwTvF6rf
5fe0966c61e3c.jpg?itok=3uV0NCwP
5fe0966c691b2.jpg?itok=OBLh_mUY

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Techart s’attaque au Porsche Cayenne et lui donne 750 chevaux

 

                             Porsche Cayenne Coupé TechArt 

 

Le monde du tuning n'a aucune limite. La preuve, il permet à des SUV sportifs déjà bien trop puissants par rapport aux capacités de la plupart des clients, de devenir encore plus puissants. Dernier exemple du genre : les versions TechArt du Porsche Cayenne.

Les SUV sportifs modernes sont plus rapides que beaucoup de sportives. A tel point que la plupart des propriétaires de ce genre d'engin sont incapables d'exploiter toute la puissance de leur auto. Mais cela n'a pas empêché les sociétés de tuning de proposer des mises à niveau pour les rendre encore plus puissants. Le célèbre tuner spécialiste Porsche TechArt sait tout faire : de la 911 à la Taycan en passant par le Cayenne.

Disponible sur les Porsche Cayenne et Porsche Cayenne Coupé, TechArt indique qu'il peut proposer des niveaux de puissance allant jusqu'à 750 chevaux. C'est bien plus qu'un Dodge Durango Hellcat (l'un des SUV de série les plus puissants) et plus que la plupart des autres SUV surpuissants… y compris le Lamborghini Urus. Les améliorations proposées par TechArt comprennent une mise à niveau du moteur capable de s'adapter à toutes les versions du SUV allemand : Cayenne, Cayenne S, Cayenne E-Hybrid, Cayenne Turbo et Cayenne Turbo S E-Hybrid. Tous ne gagnent pas autant de puissance, mais le GTS voit l'augmentation la plus impressionnante : + 178 chevaux et +250 Nm de couple.

 
                                    Porsche Cayenne Coupé TechArt

Du SUV au monstre

Pour référence, le Cayenne GTS développe 460 chevaux et 620 Nm de couple grâce à son V8 bi-turbo. Ainsi, les mises à niveau de Techart portent la puissance à 640 chevaux et 870 Nm de couple. Cette augmentation de puissance réduit le temps du 0 à 100 km/h d'une seconde (3,6 secondes désormais) et réduit le temps du 0 à 200 km/h de plus de 4 secondes.

L'ingrédient clé de cette augmentation de performance est le système de gestion du moteur 3Techtronic3 de Techart, qui peut être installé sans toucher à la gestion du moteur d'origine. Bien que les apports de puissance ne soient pas aussi élevés pour les autres modèles de Cayenne, le Turbo S E-Hybrid (actuelle version la plus haut de gamme) développe désormais 750 chevaux et 1030 Nm de couple maxi. Mais malgré la puissance, le poids supplémentaire du système électrique empêche le SUV allemand de faire mieux que 3,5 secondes pour le 0 à 100. Mais ce n'est déjà pas si mal ! 

 
                                     Porsche Cayenne Coupé TechArt

Que de la gueule ?

En plus des mises à niveau de puissance, Techart propose divers kits de carrosserie, des améliorations de l'habitacle et des modifications du système d'échappement. Aucune limite si ce n'est l'imagination des clients ! La preuve avec les photos. Sur le Cayenne Coupé orange, Techart montre des modifications apportées au volant Porsche standard, bien que la société propose également un volant sur-mesure. 

Les clients peuvent même opter pour un intérieur conçu par le célèbre fabricant de canapés Rolf Benz. Autant dire qu'aucun Cayenne Techart ne ressemblera à un autre, sauf si c'est votre frère jumeau qui en commande un.

 

5fe0b57f4e04b.jpg?itok=rJPzlRXj
5fe0b57f57655.jpg?itok=M8VqixTW
5fe0b57f5cf15.jpg?itok=0Sj_sQB2
5fe0b57f624df.jpg?itok=RrcLAhyg
5fe0b57f67dc2.jpg?itok=piuxLP7t
5fe0b57f6e62f.jpg?itok=dZuUciX-
5fe0b57f75c93.jpg?itok=4lbn3fst
5fe0b57f7b957.jpg?itok=A5uzrddj
5fe0b57f812e1.jpg?itok=rFbgRzAu
5fe0b57f86a4f.jpg?itok=V7kog15t
5fe0b57f8dc5c.jpg?itok=cLcTpRDQ
5fe0b57f950f6.jpg?itok=Ikg8wSj0
5fe0b57fa6752.jpg?itok=qhBQoVe6
5fe0b57fb32b9.jpg?itok=G5IGmbCs
5fe0b57fbb2b2.jpg?itok=3bn5n6Me
5fe0b57fc64e8.jpg?itok=TUtpKv6f
5fe0b57fd2294.jpg?itok=GaN_3IFC
5fe0b57fd8508.jpg?itok=0weDk-m5

Share this post


Link to post
Share on other sites
 
Aston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® Edition

Aston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® Edition

Le SUV DBX d’Aston Martin a été dévoilé lors d’une présentation exclusive « Q by Aston Martin » visant à célébrer le partenariat innovant de la marque avec la distillerie de whisky single malt légendaire Bowmore.

L’étonnant Aston Martin DBX Bowmore Edition a été créé par le service de personnalisation de la marque, Q by Aston Martin, pour célébrer le partenariat entre les deux marques de luxe britanniques. Seules 18 éditions spéciales du DBX Bowmore seront construites avant d’être livrées aux clients lors d’une expérience privée unique en Écosse.

Marek Reichman, vice-président exécutif et directeur de la création d’Aston Martin, a déclaré :

« L’Aston Martin DBX a  fourni la base parfaite pour  permettre  le  plus  haut  niveau  de personnalisation de Q by Aston Martin. Aston Martin et Bowmore partagent la même vision : créer des beautés intemporelles et durables, en respectant la tradition tout en adoptant de nouvelles méthodes, ce qui se reflète dans le DBX Bowmore Edition. Les bandes des alambics à whisky en cuivre sont incrustées dans les traverses latérales et le tweed Bowmore rehausse l’intérieur. Q by Aston Martin a de nouveau créé une belle Aston Martin en édition limitée. »

Le DBX Bowmore est revêtu d’une couleur éclatante appelée Bowmore Blue, une ancienne couleur réutilisée en exclusivité par Q by Aston Martin pour ce modèle. S’ils le désirent, les clients auront la possibilité de choisir une couleur de peinture extérieure différente. La peinture Xenon Grey, qui présente un reflet bleu métallique sur toute la surface, sera proposée en option. Des incrustations de cuivre marquées Bowmore provenant de l’alambic à whisky d’origine ont été utilisées pour mettre en valeur les ouïes latérales du DBX, comme un clin d’œil au respect des traditions de l’entreprise.

Les étriers de frein noirs en option apportent une touche de subtilité aux jantes fumées et l’élégance générale de l’extérieur est soulignée par le texte et les ailes des écussons Aston Martin et le logo Q by Aston Martin.

Les clients ont le choix entre l’intérieur Obsidian Monotone ou l’intérieur Copper Tan Metallic/Obsidian Duotone, les deux choix étant accentués par des fragments de tweed Bowmore, rappelant que l’entreprise tire ses origines d’Islay. Créé par le célèbre Islay Woollen Mill, fondé en 1883, le design subtil et sophistiqué intègre du cuivre et du bleu inspirés du terroir et des lacs de l’île, ce qui le rend intrinsèquement unique à Bowmore et à son île natale.

Par ailleurs, l’intérieur possède de nombreux détails de design Q by Aston Martin tels que des porte-gobelets en cuivre poli et des seuils de porte faits de cuivre recyclé provenant de l’alambic Bowmore d’origine. L’incrustation noire brillante sur la console centrale comporte des ornements personnalisés en feuille de cuivre, déposés à la main. Chaque voiture est livrée avec une sélection d’accessoires spécialement conçus par Q by Aston Martin, tels qu’une couverture de pique-nique en tweed Bowmore et un fourre-tout en cuir.

Lancé en 2019, le DBX célèbre le langage de conception d’Aston Martin sous une nouvelle forme. Le design et les proportions reflètent un style incomparable grâce à une architecture de carrosserie unique spécialement conçue pour le DBX. Le SUV 5 places offre un monde de luxe, et comprend un V8 biturbo de 4,0 litres, réglé pour fournir 550 ch et 700 Nm de couple, offrant l’exaltation d’une GT moderne. Bien que ce ne soit pas une voiture de sport Aston Martin traditionnelle, le DBX est tout ce qu’une Aston Martin doit être : belle, construite à la main et technologiquement avancée.

Chacun des 18 propriétaires du DBX Bowmore sera invité à une expérience exclusive Art de Vivre en Écosse.  Les invités se rendront à Édimbourg, où on leur présentera leur propre édition spéciale du DBX, avant de se lancer dans un voyage de plus de 270 kilomètres à travers la spectaculaire campagne écossaise, en passant par le Loch Lomond et le parc national des Trossachs, puis de prendre le ferry en direction d’Islay.

En plus d’une visite à Islay Woollen Mill et des dîners raffinés durant leur séjour de trois nuits, les propriétaires auront droit à une visite privée de la distillerie Bowmore. Au cours de ce
voyage très spécial, ils auront l’occasion de remplir à la main directement à partir du fût leur propre bouteille d’un Bowmore 39 ans d’âge, spécialement sélectionné. Ils auront également un accès exclusif au No. 1 Vaults, le plus ancien entrepôt de maturation au monde qui a accueilli un certain nombre de VIP au fil des ans, dont des membres de la famille royale.

Le partenariat inédit d’Aston Martin avec Bowmore a déjà donné naissance à la « Black Bowmore DB5 1964 », qui réunit un single malt exceptionnel et un véritable piston de la légendaire Aston Martin DB5. Alors que les deux marques emblématiques continuent de collaborer, d’autres produits de luxe et d’incroyables expériences de vie vont suivre.

Francois Bazini, directeur général mondial du scotch chez Beam Suntory, propriétaire de Bowmore,  a  commenté :  « Notre  partenariat  avec  Aston  Martin  continue  d’être  une collaboration passionnante et captivante, et le dévoilement de cette édition spéciale du DBX Bowmore est une autre étape passionnante de notre voyage collectif.   Nous sommes impatients d’accueillir chacun des propriétaires de cette belle voiture dans notre distillerie à Islay et de leur montrer tout ce que Bowmore et notre île ont à offrir. Bien que nous fabriquions des produits entièrement différents, nos valeurs et notre passion communes sont très proches, de sorte que vous pouvez vous attendre à des offres encore plus passionnantes à l’avenir. »

Le DBX Bowmore Bowmore Edition de Q by Aston Martin est maintenant en vente dans le monde entier et les livraisons aux clients auront lieu au quatrième trimestre 2021

.Aston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® EditionAston Martin dévoile en exclusivité son DBX Bowmore® Edition

 
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce Mercedes GLS 63 AMG de l’extrême fait 920 chevaux

 

                                    789462.jpg?itok=vnwrx0w2 

 

Si Mercedes-AMG est déjà l'une des références dans le domaine des SUV sportif, pour la société Wheelsandmore ils ne sont pas assez puissants. L'entreprise de tuning a alors décidé d'améliorer le GLS 63 AMG et de lui donner jusqu'à 920 chevaux.

Les SUV surpuissants n'ont rien de nouveau sur la scène automobile. Les modèles les plus performants tels que le Lamborghini Urus et le Jeep Grand Cherokee Trakhawk ont clairement montré que les grands voyageurs du quotidien peuvent également être de redoutables adversaires pour de nombreuses sportives. Seules les supercars peuvent lutter. Mais peu d'entre eux sont aussi fous que ce Mercedes-AMG GLS 63. Modifié par Wheelsandmore, (la société responsable de la Mercedes-Benz SLS AMG de 700 chevaux), ce GLS 63 de 920 chevaux est prêt à emmener les enfants à l'école, tout en humiliant le premier Dodge Hellcat qu'il croisera.

Le GLS 63 est l'un des SUV les plus luxueux proposés mais il n'a pas oublié d'être rapide pour autant. Mais Wheelsandmore vient de rendre ce salon roulant encore plus impressionnant. La société propose quatre niveaux de modifications pour ce SUV allemand. Si vous optez pour le premier, le moteur V8 bi-turbo de 4,0 litres de 612 chevaux est poussé à environ 700 chevaux et 950 Nm de couple grâce à une simple reprogrammation de la cartographie. Le deuxième niveau de modification ajoute un système d'échappement spécifique qui réveille de plus gros turbocompresseurs. Voilà qui permet d'atteindre 800 chevaux et 1040 Nm de couple. Ainsi la vitesse de pointe de ce mastodonte grimpe à 320 km/h. Impressionnant !

 
                             Mercedes-AMG GLS 63 Wheelsandmore

Du SUV de luxe au monstre sur roues

Le troisième niveau comprend des turbocompresseurs améliorés, une soupape de décharge spécifique et une puissance allant jusqu'à 860 chevaux et 1150 Nm de couple. Rien que ça ! Mais ce n'est pas tout. La société Wheelsandmore propose aussi un ultime « stage 4 » qui apporte de lourdes modifications dont d'énormes turbos, des pompes à carburant haute pression et une cartographie moteur spéciale. Le résultat final est surprenant : 920 chevaux et 1150 Nm de couple maxi.

Selon Wheelsandmore, sans modification structurelle, c'est la plus grande puissance dont est capable le bloc moteur. Evidemment, ce type genre de niveau de puissance n'est pas bon marché : le « Stage 1 » demande un chèque de 2.577 euros, mais le « Stage 4 » exige une rallonge de 43.102 euros. Ça fait cher le cheval supplémentaire, mais à ce tarif vous pourrez garer l'un des meilleurs SUV de la planète dans votre garage.

 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
jjjjj
Nouvelle Hyundai i30Retour en détails sur la nouvelle Hyundai i30 et ses variantes

La nouvelle Hyundai i30 propose un nouveau design, des équipements de connectivité avancés et un système hybrid 48V, gage d’un rendement énergétique accru.

Hyundai revisite également sa gamme i30 N Line. Pour la première fois, la finition sportive du constructeur sera disponible sur la nouvelle i30 SW, à compter de l’automne 2020. Les attributs stylistiques inspirés d’i30 N continueront d’être disponibles sur les modèles Berline 5 portes et Fastback.

SUITE AUX RETOURS DE NOS CLIENTS, NOUS AVONS DÉFINI QU’ILS RECHERCHAIENT UN MODÈLE FIABLE ET SÛR SUR LE SEGMENT C OFFRANT EN OUTRE DES ÉQUIPEMENTS MODERNES TELS QUE DES SYSTÈMES DE CONNECTIVITÉ DE POINTE ET DES GROUPES MOTOPROPULSEURS EFFICIENTS – ET CELA NOUS A SEMBLÉ RAISONNÉ. LA NOUVELLE I30 RÉPOND AUX BESOINS DE NOS CLIENTS TOUT EN RESTANT À UN PRIX ATTRACTIF. SON POUVOIR DE SÉDUCTION EST RÉSOLUMENT UNIVERSEL.

Andreas-Christoph HofmannVice-Président Marketing et Produits chez Hyundai Motor Europe

Un design extérieur moderne

Le design extérieur de la nouvelle Hyundai i30 est à la fois original et aérodynamique, lui conférant plus de caractère. La calandre élargie intègre un motif 3D accentué rehaussant le sentiment d’agilité qui se dégage du véhicule.

De nouveaux projecteurs affinés avec technologie LED et de nouveaux feux de jour à LED en V complètent le design de la face avant redessinée et résolument moderne.

À l’arrière, la nouvelle Hyundai i30 5 portes se distingue par un nouveau bouclier, développé pour améliorer les performances aérodynamiques. Les blocs-feux arrière à LED forment un V pour créer un effet de symétrie entre les faces avant et arrière.

La nouvelle Hyundai i30 est désormais disponible avec de nouvelles jantes alliage 16, 17’’ ou 18’’ diamantées rehaussant sa silhouette.

 

Finition N Line désormais disponible sur tous les types de carrosserie

 

La finition dynamique N Line inspirée de la compétition a bénéficié d’un profond restylage sur les modèles Berline 5 portes et Fastback. Et elle est désormais disponible pour la première fois sur la nouvelle i30 SW. Ainsi, les trois types de carrosserie d’i30 seront proposés en finition N Line.

La nouvelle i30 N Line affiche un tout nouveau design avec une silhouette encore plus sportive. À l’avant, la nouvelle i30 N Line se distingue par une calandre centrale élargie, de nouveaux projecteurs et une face avant dédiée. Les ouvertures latérales intègrent des ailes flottantes, améliorant les performances aérodynamiques.

Le tout nouveau design du bouclier arrière souligne le caractère dynamique de la finition N Line. Le large diffuseur rehausse la sportivité et renforce l’assise arrière, tandis que les feux antibrouillards repositionnés contribuent à rapprocher le centre de gravité visuel du sol.

 

La nouvelle i30 N Line propose de nouvelles jantes 17 et 18’’ (selon version) renforçant son pouvoir de séduction. En outre, la nouvelle i30 Fastback N Line bénéficie de réglages optimisés de suspension et de direction avec le nouveau moteur essence 1.5 T-GDi de 160 ch assurant une conduite encore plus dynamique.

Trois nouveaux coloris extérieurs

La nouvelle i30 est disponible dans trois nouveaux coloris extérieurs : Dark Night, Silky Bronze et Sunset Red. Ceux-ci s’ajoutent aux cinq coloris existants : Polar White, Phantom Black, Stellar Blue, Platinum Silver et Olivine Grey.

Coloris extérieurs disponibles :

  • [Nouveau] Dark Night
  • [Nouveau] Silky Bronze
  • [Nouveau] Sunset Red
  • Polar White
  • Phantom Black
  • Stellar Blue
  • Platinum Silver
  • Olivine Grey

Un design intérieur moderne restylé

Le design intérieur de la nouvelle i30 bénéficie d’évolutions telles que des prises d’air plus raffinées et modernes.

Les sièges peuvent être habillés de tissu, de cuir ou d’une combinaison des deux.

Équipements de connectivité

La nouvelle i30 intègre des équipements de connectivité à la pointe de la technique. De nouveaux compteurs digitaux de 7’’ et un nouvel écran tactile de 10,25’’ pour le système de navigation garantissent une expérience de conduite plus moderne et personnalisée. Il offre une totale compatibilité avec Android Auto et Apple Car Play, et à compter de l’automne 2020, la fonction de « sans fil » sera introduite, permettant aux clients de s’affranchir de tout câble pour connecter leur smartphone. De même, la nouvelle i30 propose un système de charge sans fil pour smartphone.

Services connectés Bluelink et Hyundai LIVE

Pour la première fois, la nouvelle i30 propose tout un panel de services connectés offrant de nombreux d’avantages aux clients : informations en temps réel via les services Hyundai LIVE et gestion du véhicule à distance via l’application Bluelink.

Les clients bénéficient d’un abonnement gratuit de 5 ans à Bluelink et aux services Hyundai LIVE.

Bluelink et services Hyundai LIVE – Fonctionnalités :

  • Services Hyundai LIVE : informations de circulation en temps réel fournies par TomTom, recherche de points d’intérêt en ligne, stations-service/places de stationnement (avec prix), zones de danger et prévisions météorologiques
  • Reconnaissance vocale en ligne : fonction de reconnaissance vocale en ligne (basée sur le cloud) performante avec fonction de compréhension du langage naturel
  • Application Bluelink :
    • Trouver mon véhicule : permet au conducteur de localiser facilement son véhicule dans un environnement qui ne lui est pas familier
    • Verrouillage et déverrouillage des portes à distance : le conducteur peut verrouiller / déverrouiller son véhicule à distance
    • Envoyer une destination au véhicule : permet à son utilisateur de rechercher un point d’intérêt (POI) ou une adresse et d’envoyer le résultat de sa recherche directement sur le système de navigation de son véhicule
    • Sécurité : notification d’alarme du véhicule
    • Rapport du véhicule : réception d’un rapport complet du véhicule (ex. : pression de gonflage des pneus, freins…), informations de conduite…

Des équipements de sécurité sur lesquels vous pouvez compter

Le niveau de sécurité de la nouvelle i30 est encore rehaussée par les nouveaux équipements de sécurité avancée Hyundai SmartSense, la rendant plus sûre et plus pratique que jamais. Le système d’assistance active au suivi de voie (LFA) agit automatiquement sur la direction pour permettre au véhicule de rester centré dans sa voie de circulation. L’alerte de circulation transversale à l’arrière (RCA) peut actionner les freins pour éviter une collision lorsque le véhicule est en marche arrière. La nouvelle i30 se dote également pour la première fois de l’alerte de redémarrage du véhicule en amont (LDVA) qui avertit le conducteur lorsque le véhicule en amont redémarre, dans le cas où le conducteur tarde à réagir, à un feu de circulation par exemple.

Le système de surveillance des angles morts (BSD) a bénéficié d’une optimisation. Ce système alerte le conducteur en présence d’un véhicule dans son angle mort tandis que le système anticollision avec détection des angles morts (BCA) peut actionner les freins pour éviter une collision. Le freinage d’urgence autonome (FCA) a été amélioré pour détecter les cyclistes sur la route.

Comme sur les précédentes versions, la nouvelle i30 est proposée de série avec le freinage d’urgence autonome (FCA) avec détection des piétons, le système de détection de fatigue du conducteur (DAW), le système de gestion automatique des feux de route (HBA), le système de reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse (ISLW) et l’assistance active au maintien de voie (LKA).

Équipements de sécurité SmartSense :

  • [Nouveau] Assistance active au suivi de voie (LFA)
  • [Nouveau] Alerte de circulation transversale à l’arrière (RCA)
  • [Nouveau] Alerte de redémarrage du véhicule en amont (LDVA)
  • [Nouveau] Système anticollision avec détection des angles morts (BCA)
  • Freinage d’urgence autonome (FCA) avec détection des piétons et [Nouveau] détection des cyclistes
  • Détection de fatigue du conducteur (DAW)
  • Feux de route intelligents (HBA)
  • Système de reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse (ISLW)
  • Assistance active au maintien de voie (LKA)

La nouvelle i30 se dote également de la fonction eCall qui appelle automatiquement les services de secours en cas de déclenchement des airbags.

Chacun de ces nouveaux systèmes est conçu pour renforcer la sécurité de conduite et rehausser la confiance du client. Pour une tranquillité d’esprit encore plus grande, la nouvelle i30 est assortie d’une garantie kilométrage illimité de 5 ans.

Performance et progrès : la gamme de motorisations de la nouvelle i30

La nouvelle i30 bénéfice d’une gamme de motorisations optimisée.

Le moteur essence 1.0 T-GDI de 120 ch est désormais disponible avec une nouvelle transmission à double embrayage à 7 rapports (DCT-7) ou une inédite boîte manuelle intelligente à 6 rapports (iMT), tous deux associés à un système hybrid 48V pour un meilleur rendement énergétique.

L’iMT découple le moteur de la transmission dès que le conducteur relâche l’accélérateur. Cela permet au véhicule de passer en mode décélération, et ainsi d’économiser du carburant

Le moteur Diesel 1,6 CRDi de 115 ch couplé au choix avec une boîte manuelle à 6 rapports ou une transmission à double embrayage à 7 rapports (DCT-7) reste disponible.

Au sommet de la gamme trône le nouveau moteur 1.0 T-GDI de 160 ch, associé de série au système hybride léger de 48V et à une transmission à double embrayage à 7 rapports (DCT-7).

Hyundai i30 Spécifications techniques
Moteurs & performances 1.0 T-GDi hybrid 48V 1.5 T-GDi 48V 1.6 CRDi 115 CH
Norme d’émissions EURO 6d EURO 6d EURO 6d TEMP
Type 3 Cylindres Turbo GDiAvec système hybrid 48V 4 Cylindres Turbo GDiavec système hybrid 48V 4 Cylindres Turbo Diesel
Cylindrés [cc] 998 1 482 1 598
Puissance maximale (ch / kW / tr/min) 120 / 88.3 / 6 000 160 / 117.5 / 5 500 115 / 85 / 4 000
Couple maximal [Nm / tr/min] 172 / 1500~4000 253 / 1 500~3 500 280 / 1 500~2 750 (iMT)300 / 1 500~2 500 (DCT)
Transmission iMT-6 / DCT-7 DCT-7 iMT-6 / DCT-7
Dimensions & volumes Hatchback Fastback Wagon
Longueur [mm] 4 340 4 455 4 585
Largeur [mm] hors rétroviseurs 1 795 1 795 1 795
Hauteur [mm] 1 455 1 425 1 475
Empattement [mm] 2 650 2 650 2 650
Volume de chargement VDA [l] – avec sièges en place 395 450 602
Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30Nouvelle Hyundai i30

Share this post


Link to post
Share on other sites

McLaren présente la Sabre et ses 835 chevaux, une série très limitée

 
                             McLaren Sabre 

McLaren Beverly Hills a réussi à se procurer la Sabre, une hypercar McLaren en édition limitée. Une belle opportunité pour les aficionados de la firme de Woking qui devaient certainement être impatients de la découvrir.

Créée par McLaren Special Operations, la Sabre a été conçu exclusivement pour les États-Unis. Cela a permis aux ingénieurs d'utiliser « des idées et des innovations que l'homologation européenne et dans le reste du monde ne permettrait pas ». La société n'est pas entrée dans les détails, mais la voiture présente une proue saillante avec un spoiler avant proéminent. Il y a aussi un capot ventilé, des phares spécifiques et des ailes uniques plutôt démesurées.

Sur les côtés, on peut apercevoir des jupes latérales très basses, des portes papillon (ou presque) et une carrosserie très travaillée pour optimiser la circulation de l'air autour de l'auto. Cependant, la Sabre se démarque surtout de l'arrière : ses énormes ailes rejoignent l'imposant aileron arrière, là encore pour optimiser les flux d'air. En bref, toute l'aérodynamique de l'auto a fait l'objet d'un important travail de la part des ingénieurs britanniques.

 
                       McLaren Sabre

Le couteau le plus aiguisé de Woking ?

En ce qui concerne les autres points forts de cette McLaren Sabre, il faut parler de l'énorme diffuseur et de l'échappement monté au centre. Les ingénieurs ont également installé des roues légères et un système de freinage haute performance. Eh oui, une bête de course de ce genre, il faut bien l'arrêter !

Les images intérieures ne sont pas très révélatrices, mais la cabine est recouverte d'Alcantara et de fibres de carbone. Il y a également des garnitures en aluminium et un système d'info-divertissement sur un écran en orientation portrait. Malheureusement, nous n'avons pas encore suffisamment d'informations pour en dire plus au sujet de l'habitacle de cette nouvelle hypercar britannique. D'ailleurs, la firme de Woking n'a pas été très bavarde non plus en ce qui concerne les spécifications techniques.

 
                   McLaren Sabre

Moteur !

Toutefois, McLaren a confirmé que la Sabre était leur modèle « non-hybride le plus puissant ». Elle utilise un V8 bi-turbo qui développe 835 chevaux et 800 Nm de couple maxi. Cela permet à l'auto d'atteindre une vitesse maximale de 351 km/h, ce qui en fait la « McLaren biplace la plus rapide de tous les temps ».

Bien que de nombreuses questions demeurent, le premier exemplaire de la Sabre a déjà été livré à son propriétaire. McLaren Beverly Hills a justement indiqué que chaque voiture était issue d'une étroite collaboration entre MSO et le propriétaire. Elles sont donc adaptées à leurs « rigoureuses envies de personnalisation ».

Le concessionnaire a ajouté que les clients avaient une « relation de travail presque intime avec l'équipe de développement MSO composée d'ingénieurs, de designers et de pilotes d'essai pour s'assurer que la voiture finie corresponde exactement aux attentes des clients ». Dans le cadre de cette relation, les clients se rendent au Royaume-Uni pour visiter le studio de design McLaren et ont même pu conduire un prototype au Thermal Club en Californie. Sacré privilège.

5fe280ae00dad.jpg?itok=3pIOAsOq
5fe280ae0ceb2.jpg?itok=dsyfohcH
5fe280ae13bb2.jpg?itok=tIbn8E0B
5fe280ae195dc.jpg?itok=9KGKKRPg
5fe280ae1ea53.jpg?itok=1HG5c68i
5fe280ae26f03.jpg?itok=iPK2vHyc
5fe280ae2d365.jpg?itok=lOXN09rK
5fe280ae3265d.jpg?itok=4Sj4fbCR
5fe280ae37fef.jpg?itok=ZKYIyt8t
5fe280ae3d627.jpg?itok=_FEY6Sjr
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

PHOTOS - Rimac C_Two, l'hypercar électrique croate de 1914 chevaux en images

La Rimac C_Two se rapproche de la production. La société a révélé que des ingénieurs et des pilotes d'essai avaient passé beaucoup de temps à travailler sur le véhicule ces derniers mois, afin de peaufiner le développement.

Pour le moment, la Rimac C_Two est présentée comme une « Hypercar GT électrique ». C'est paradoxal mais pourtant c'est ce que cherche à faire Rimac. En somme, la C_Two devrait être aussi à l'aise sur un circuit que lors d'une traversée d'un continent d'un bout à l'autre.

Côté motorisation, elle embarquera quatre moteurs électriques alimentés par une batterie de 120 kWh. Avec un moteur à chaque roue, Rimac indique que la voiture disposera d'un système de « transmission intégrale adaptable unique », capable d'adopter aussi bien une architecture de traction ou de propulsion, en fonction de ce que demande le pilote.

 

Outre le système de transmission intégrale astucieux, les quatre moteurs électriques fourniront une puissance combinée de 1.914 chevaux et un couple maxi démentiel de 2.300 Nm. Selon Rimac, cela devrait permettre à la C_Two d'accélérer de 0 à 100 km/h en 1,85 seconde et d'atteindre une vitesse maximale de 412 km/h. Voici toutes les photos.

 

5fe31d4d42c58.jpg?itok=O7TBpSAb
5fe31d4d4f13e.jpg?itok=zPjDf5Xv
5fe31d4d5699b.jpg?itok=E1l0ev2U
5fe31d4d5cdc4.jpg?itok=XkrXuQCQ
5fe31d4d636fc.jpg?itok=nzn5UXiE
5fe31d4d6a6fe.jpg?itok=uGhtOgah
5fe31d4d71a9d.jpg?itok=ivOGFxb0
5fe31d4d7943a.jpg?itok=8ecRyEN2
5fe31d4d7ff70.jpg?itok=FYLAshHd
5fe31d4d8830c.jpg?itok=W0EQ2390
5fe31d4d932aa.jpg?itok=gqBYgvZf
5fe31d4d9b342.jpg?itok=PkEnOxGR
5fe31d4da174c.jpg?itok=l910on0I
5fe31d4da774f.jpg?itok=8pPxtn4K
5fe31d4dade53.jpg?itok=BisIlcZi
5fe31d4db4451.jpg?itok=B5FVwovP
5fe31d4dba9ea.jpg?itok=uamfCU9j
5fe31d4dc14a8.jpg?itok=R8xax0vH
5fe31d4dca119.jpg?itok=qKbr--rh
5fe31d4dd4756.jpg?itok=ClzTsVfS
5fe31d4ddbea9.jpg?itok=UOPoXa_e
5fe31d4de7b50.jpg?itok=OFRqY-ek
5fe31d4df358c.jpg?itok=nKWyBGgq
5fe31d4e06d62.jpg?itok=ELrfKh7u
5fe31d4e10d37.jpg?itok=MyVYUO7v
5fe31d4e28175.jpg?itok=u96qr1Lp
5fe31d4e3171e.jpg?itok=iIRcwoTi
5fe31d4e3aa1b.jpg?itok=cVD37Djw
5fe31d4e424d7.jpg?itok=WRDjeTbD
5fe31d4e48e69.jpg?itok=GmbVcZnM
5fe31d4e51517.jpg?itok=sBW5vB2b
5fe31d4e5d54e.jpg?itok=3e9krOra
5fe31d4e657c1.jpg?itok=SKLG_ws5
5fe31d4e6c646.jpg?itok=Vf4Wo90v
5fe31d4e725fa.jpg?itok=GWc9_nVe
5fe31d4e79d54.jpg?itok=5EnMOnxi
5fe31d4e809b3.jpg?itok=6yczoWCL
5fe31d4e87104.jpg?itok=nVf7JCm1
5fe31d4e920bd.jpg?itok=mByC7MKm
5fe31d4e99d9b.jpg?itok=5m0WZXEX
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'AC Cobra de Caroll Shelby est à vendre

 
                        AC Cobra Carol Shelby 

Non vous ne rêvez pas cette Shelby Cobra 427 est bien en vente. Pendant 46 ans, Carroll Shelby était le propriétaire de cette beauté mi-britannique, mi-américaine. La vente est prévue en janvier 2021.

C'est une vente aux enchères pour le moins surprenante qui va se dérouler en janvier prochain. L'AC Cobra du pilote texan Carroll Shelby est mise aux enchères à Kissimmee, en Floride, du 7 au 16 janvier 2021. Ce modèle 427 de 1965 est le seul à avoir été possédé par le fondateur de la société, Carroll Shelby, depuis mars 1966. À la mort de son propriétaire en 2012, la société Shelby détenait toujours le roadster, c'est en 2016 qu'elle a été vendue. Elle a été ensuite confiée à Legendary Motorcar Company pour se refaire une petite beauté. La rénovation s'est achevée en 2019.

Il s'agit de l'un des cinq exemplaires à être recouvert de la teinte de carrosserie grise « Charcoal Grey ».

 
                                AC Cobra Carol Shelby

Cette Shelby Cobra 427 a bien vécu

Depuis son acquisition en mars 1966 par Carroll Shelby, le roadster a subi de nombreuses modifications. En commençant par un changement de moteur pour obtenir la version « side oiler » du V8 de 427 cube-inches (5,7 litres), nettement plus puissante. Des montants du châssis plus épais pour le cadre, des voies plus large avec des ailes plus grandes et des réglages de suspensions différents, toutes ces modifications ont dû être réalisées sur la Shelby Cobra 427 pour mieux gérer son moteur plus gros et plus puissant.

Sa transmission a également été remplacée par une boîte automatique à quatre vitesses, puis une nouvelle fois changée lors de la vente avec un retour à une boîte manuelle à quatre vitesses. L'objectif est de rendre cette AC Cobra la plus méchante possible et encore plus que son ainée, l'AC 289 !

 
                                     AC Cobra Carol Shelby

Côté carrosserie, elle fut totalement repeinte en bleu puis en rouge avant de retrouver sa couleur d'origine en 2016.

Lors de sa vente à Legendary Motorcar Company cette Shelby Cobra 427 avait rapporté près de 11,28 millions d'euros à son propriétaire. Les prix risquent donc de bien grimper en janvier prochain. Affaire à suivre !

 

5fe344d486b40.jpg?itok=0xxA-UbA
5fe344d49ae7b.jpg?itok=nVnlMDX9
5fe344d4a562a.jpg?itok=svkzbmhP
5fe344d4b05b1.jpg?itok=9bGCT5kI
5fe344d4ba321.jpg?itok=VxpshCTb
5fe344d4c4d7b.jpg?itok=rn3_dzai
5fe344d4d09ae.jpg?itok=u-K97as6
5fe344d4d904e.jpg?itok=iPWcouwC
5fe344d4e2808.jpg?itok=bFPRgjNV
5fe344d4f3bd3.jpg?itok=6szs1u3L
5fe344d50c79e.jpg?itok=ii4x2LzF
5fe344d51cb4d.jpg?itok=fw0X3bcj
5fe344d525e22.jpg?itok=fTM598Mh
5fe344d53b740.jpg?itok=GrlVib1k
5fe344d546281.jpg?itok=PtZODHZj
5fe344d551a9a.jpg?itok=URDDJSmP
5fe344d55d45b.jpg?itok=t0M0mIGF
5fe344d5671c3.jpg?itok=g7qtl7Da
5fe344d572fbc.jpg?itok=QzbnB9h6
5fe344d581192.jpg?itok=eZqiLi9f
5fe344d58a43a.jpg?itok=S_uH7BRD
5fe344d593ca1.jpg?itok=wvAYbjaQ
5fe344d59eb35.jpg?itok=ct7uxcxM
5fe344d5a7f93.jpg?itok=NMpJf4UI
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vilner propose un Tesla Model X spécial pour Noël

 
                        Tesla Model X by Vilner 

Malgré la situation actuelle, la plupart des acteurs de l'industrie automobile tiennent à célébrer Noël à leur manière. Vilner a justement travaillé sur un tel cadeau avec son dernier projet : une Tesla Model X pas comme les autres.

À l'exception de l'insigne Tesla rouge à l'avant, il n'y a rien d'autre à l'extérieur qui distingue ce Model X d'un autre SUV électrique du constructeur californien. Cependant, le tuner bulgare est surtout connu pour ses modifications des habitacles. Donc, une fois que vous ouvrez la porte, vous êtes accueilli par une combinaison de cuir noir et rouge sur les sièges. Des accents rouges ont été appliqués sur le tableau de bord, la console centrale, les panneaux de porte et même les ceintures de sécurité et le ciel de toit. Il y a aussi quelques inserts en Alcantara et en fibres de carbone.

Bien qu'ils aient l'habitude de suivre des instructions précises données par les clients pour modifier des habitacles, cette fois les ingénieurs Vilner ont dû improviser car ce tout nouvel habitacle a été commandé par la femme du propriétaire comme cadeau de Noël pour son mari. 

 
                                Tesla Model X by Vilner

Projet unique

Le projet a pris quelques semaines pour aboutir, mais le résultat est surprenant. Mieux encore, le résultat a plu à la femme du propriétaire qui, lorsqu'elle a posé les yeux sur le tout nouvel intérieur pour la première fois, est restée sans voix. Tout comme son mari qui est retourné voir la société de tuning pour les remercier d'avoir fait un excellent travail.

Ainsi, cet heureux propriétaire a même la chance d'avoir dans son garage l'un des seuls véhicules qui bénéficient d'u habitacle imaginé par le préparateur Vilner lui-même. Un sacré cadeau de Noël

5fe46c70a25ce.jpg?itok=80ZhD1ch

5fe46c70ad446.jpg?itok=RJuSgreO
5fe46c70b66c0.jpg?itok=MdY3DDfy
5fe46c70c0e70.jpg?itok=dadYLcuS
5fe46c70cb281.jpg?itok=8Z3JcCV9
5fe46c70d6923.jpg?itok=HOuzL2RM
5fe46c70e2d8e.jpg?itok=KB7YF4vZ

Share this post


Link to post
Share on other sites

Essai BMW M2 CS Racing    

 

      5fecbd0173c04.jpg.4acf66d3d387f315a5f55a95bba26c3d.jpg

Les plus
  • Prix limité pour une GT de course

  • Endurance du freinage

  • Sensations de pilotage

Les moins
  • Plus cher qu'une M2 CS de route

  • Puissance bridée pour la catégorie TC

 

Arrêtez de rêver de voitures de sport. Pour vivre le grand frisson du pilotage sur circuit, il faut absolument passer aux vraies voitures de course. Au volant de la BMW M2 CS Racing, même la proximité avec les machines les plus véloces du monde ne vous fera plus peur. Enfin, si, juste au début...

Bien sûr que vous pouvez piloter sur circuit avec votre voiture de sport. Mais les habitués des track-days le savent : l'efficacité de cette voiture de sport reste limitée par les lois relatives à son homologation routière. Prenez la BMW M2 CS, par exemple, cette version ultime de la compacte sportive allemande récemment lancée par la marque à l'hélice (et essayée par Turbo). Forte de son six cylindres en ligne turbo poussé à 450 chevaux, son châssis aux réglages optimisés et ses pneus semi-slick, elle ne rechignera jamais à prendre la piste. Mais au bout de quelques tours à fond sur un circuit comme le grand Paul Ricard, certains paramètres importants commenceront à poser problème.

                              BMW%20M2%20CS.jpg?itok=VxCaMMCR
Voici la base routière de la BMW M2 CS Racing : la M2 CS "tout court", forte de 450 chevaux

Premier facteur limitant, le freinage : avec des plaquettes, des disques et un circuit de liquide de frein compatibles avec une utilisation routière, vous sentirez très vite des variations dans la pédale de gauche qui finira inévitablement par s'allonger lors des grosses décélérations. Viendra ensuite le problème des pneus. Même avec une pression finement ajustée au roulage en piste, les gommes pour route ouverte finiront par surchauffer. Quelques dizaines de tours suffisent généralement à entamer le capital de ces gommes, certes efficaces, dont la construction répond à un cahier des charges qui va bien au-delà du simple roulage sur circuit. Il ne sera pas non plus possible d'ajuster les réglages de châssis et de suspension au maximum, puisque ces autos possèdent le plus souvent des trains roulants avec des modifications jouant exclusivement sur l'électronique. Alors, oui, il restera largement possible de s'amuser sur circuit avec votre sportive routière pendant quelques tours. Mais pour ceux qui veulent sérieusement se mettre à la chasse au chrono, il faudra changer d'univers.

Le trait d'union de BMW M

La BMW M2 CS Racing arrive précisément là où la M2 CS « tout court » s'arrête : lorsque la BMW routière, les freins fumants et les pneus limés, sort de la voie des stands du circuit pour aller se reposer sur le parking. La Racing, elle, possède tout ce qu'il faut pour enchaîner les tours sans jamais faiblir. Sa carrosserie de M2 CS cache des freins de course, utilisant de gros disques de 380 mm pincés par des étriers spéciaux. Ces freins s'entourent de pneus slicks, interdits de route et dépourvus de la moindre rainure. A l'intérieur, tous les équipements de luxe et de confort de la M2 CS routière disparaissent. Les deux baquets au standard FIA et le poste de pilotage, digne d'une authentique GT de course, donnent le ton : cette M2-là n'ira jamais faire la belle en-dehors d'un circuit. Elle n'a de toute façon pas le droit d'en sortir, car débarrassée de toutes les contraintes liées à l'homologation routière. Elle pèse quand même plus de 1400 kg et son six cylindres en ligne 3,0 litres ne développe plus que 365 chevaux, histoire de rentrer dans la nouvelle catégorie de course TC, qui fera son grand lancement sur les circuits français en 2020. Mais une fois derrière le petit volant constellé de boutons, à peine moins sophistiqué que celui d'une Formule 1, cet environnement délicieusement dépaysant -commun à toutes les vraies voitures de course- vous immerge dans un monde radicalement différent de celui des sportives « des villes ».

 
                          Essai%20BMW%20M2%20CS%20Racing%2014.jpg?
La carrosserie de la M2 CS Racing est quasiment identique à celle de la M2 CS de route

Roulage à haute tension

La procédure habituelle d'installation (combinaison intégrale, harnais compressant les organes génitaux, casque et système HANS sur les épaules) fait toujours son petit effet dans ce genre de machine. Mais aujourd'hui, ce sont plutôt les voisins de piste qui mettent beaucoup de pression. Espace Bienvenue, le responsable officiel des BMW de course en France, nous fait rouler dans le cadre d'un Racetrack Day. On partagera la piste avec des machines comme la Ferrari 333 SP, la Ford GT1 ou des bataillons entiers de Ferrari et autres Porsche issues des catégories reines de l'endurance mondiale. Il faudra donc en permanence surveiller les rétroviseurs en guettant ces autos aux performances sans commune mesure avec celles de notre monture. Un peu comme aux 24 Heures du Mans où plusieurs catégories de course se côtoient pendant l'épreuve. Ajoutez à ça une piste encore mouillée, très glissante, et vous obtenez un cocktail légèrement stressant au moment de démarrer le six cylindres turbo (via un simple bouton au tableau de bord).

 

                    BMW%20M2%20CS%20Racing%20essai%205.jpg?i
Impressionnant, ce poste de pilotage, non ?
 

Heureusement, la M2 CS Racing possède de quoi faire baisser un peu la tension du mauvais journaliste automobile : ici, pas de vraie boîte séquentielle où il faut manoeuvrer un embrayage course pour passer la première en évitant de caler comme un nul. Dotée d'une boîte à double embrayage adaptée, elle se manœuvre dans la pit-lane comme une gentille familiale. Il faut juste se contenter d'un rétroviseur central totalement bouché par l'aileron arrière fixe, mais la vision périphérique reste bonne grâce aux deux autres rétroviseurs. A la fin de la ligne droite des stands, nous arrivons sur le grand circuit Paul Ricard en pneus pluie. Une gigantesque gerbe d'eau, levée par un proto, déboule sur la gauche au moment même où il faut commencer à prendre ses marques. Noyé au milieu des protos et des GT de course les plus véloces de la planète pilotées par des gentlemen drivers aguerris, on se sent un peu comme une sardine au milieu d'un banc de requins. Comme la piste, la combinaison se mouille assez vite.

Mise en confiance

Mais dans ces conditions ô combien délicates, la M2 CS Racing invite gentiment à se mettre au boulot. En ligne droite, les accélérations n'impressionnent pas particulièrement mais la sonorité paraît moins artificielle que sur une voiture de route. Contrairement à la plupart des GT de course et des monoplaces, le freinage -assisté- ne demande pas de forcer sur la pédale de gauche en bout de ligne droite. Mais la puissance de ce freinage n'a rien à voir avec celle d'une routière classique et, surtout, elle ne faiblit pas au fil des tours. La direction surprend aussi par sa relative légèreté quand on a déjà goûté à une 911 GT3 Cup ou une RS3 LMS. En revanche, sa rapidité et sa précision appartiennent bien au monde de la course. On s'adapte aussi au niveau remarquable de grip et à la motricité lors des ré-accélérations, même sur une piste encore gorgée d'eau. Après quelques tours à jouer les chicanes mobiles au milieu d'autos de compétition internationale, cette BMW dotée d'un ABS et d'un anti-patinage à trois positions ne fait plus du tout peur sur le mouillé.

 
                            Essai%20BMW%20M2%20CS%20Racing%2012.jpg?
Une M2 CS Racing peut en cacher une autre

Quelques heures plus tard, nous revoilà au volant. Cette fois, plus une seule goutte d'eau sur le Ricard. En pneus slick, nous allons enfin pouvoir cerner le plein potentiel de la M2 CS Racing. Difficile, tout de même, de se lâcher complètement lorsqu'il faut composer en permanence avec des hordes de GT3 autour de soi, surtout avec un temps de roulage limité. Mais maintenant, la peur des premiers tours laisse place à une irrépressible envie de rester des heures au volant de la BMW. Je voudrais commencer à améliorer mes chronos après tous ces tours sabotés à laisser passer d'autres voitures aux pires endroits du circuit. Dotée d'un amortissement bien plus souple que celui des GT de course classiques, la M2 CS Racing s'apparente à une voiture de sport libérée de tous les défauts des voitures de route : ses mouvements de caisse généreux permettent de la placer d'une manière on ne peut plus intuitive. Les inscriptions en virage trop musclées, tout comme les ré-accélérations généreuses, génèrent un sur-virage très facile à appréhender. La boîte à double embrayage, identique à celle de la M4 GT4, se montre à peine moins rapide qu'une vraie boîte pneumatique de compétition (et beaucoup plus réactive que les transmissions DSG de TCR comme l'Audi RS3 LMS). On se régale à freiner tard et très fort, même avec la pédale assistée et l'ABS qui se déclenche parfois. Et on escalade goulument les vibreurs du Paul Ricard. Bref, tous les ingrédients sont là pour enfin progresser dans vos aptitudes à piloter une voiture sur circuit. Et commencer à toucher sérieusement aux réglages (carrossage, suspensions etc.) de manière à adapter la voiture pour chaque circuit...

Premier prix pour la course

Car la M2 CS Racing vise précisément les pilotes à mi-chemin entre les amateurs de track-days en sportive et les vrais spécialistes de la course : elle coûte 95 000€ hors taxes, soit le prix d'une TCR traction et 70 000€ de moins qu'une BMW M4 GT4 qui coûte aussi beaucoup plus cher à faire rouler. C'est l'entrée absolue pour qui veut se mettre aux GT de course en limitant au maximum le budget : son moteur dure 30 000 km et se contente d'un entretien simplifié. Sa boîte à double embrayage ne nécessite pas l'attention d'une boîte séquentielle pneumatique. Virtuellement, il est même possible pour les plus débrouillards de la faire rouler sans le moindre mécanicien ! Eligible à la nouvelle catégorie de course TC, elle pourra aussi courir en VLN sur la Nordschleife ou dans un grand nombre d'épreuves d'endurance. Notez que, pour ceux qui veulent plus de puissance, il sera possible de passer le moteur à 450 chevaux. Mais il faudra alors ajouter un kit avec des freins plus gros et un circuit de refroidissement plus généreux. De quoi en faire une vraie petite M4 GT4...

Bilan

Positionnée en dessous de la M4 GT4, de l'imminente M4 GT3 et de la M8 GTE vue récemment aux 24 Heures du Mans, la M2 CS Racing représente la nouvelle entrée de gamme des GT de course. Conçue pour les amateurs désireux d'aller plus loin que les voitures de sport sans dépenser les fortunes habituellement liées à l'utilisation d'une GT de course, elle réduit un peu le fossé entre ces deux univers. Mais pas le degré de plaisir de pilotage.

 
5fecbd0173c04.jpg?itok=EJKuOyS6
5fecbd017fcc4.jpg?itok=vHFuhUNz
5fecbd018c8d4.jpg?itok=9ZfPKy7w
5fecbd0198a3e.jpg?itok=p322cTyd
5fecbd01a085a.jpg?itok=Lgk4FUUy
5fecbd01a90ba.jpg?itok=uPQMqAqI
5fecbd01b0ee6.jpg?itok=qh-rLxQF
5fecbd01b8090.jpg?itok=kFVlgWDa
5fecbd01bf4e8.jpg?itok=IidBxgzQ
5fecbd01c81ef.jpg?itok=B2io9cfQ
5fecbd01cf4c7.jpg?itok=xhet7Gnf
5fecbd01d757d.jpg?itok=XWeMdly5
5fecbd01de0c4.jpg?itok=qeZmCVqN
5fecbd01e64ad.jpg?itok=qErDzrZ9
5fecbd0203ebe.jpg?itok=QtWPYDOJ
5fecbd0217b7e.jpg?itok=Z9_JSuiA
 
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bentley Bentayga Hybrid (2021) : léger coup de rimmel

 
                                  Bentley Bentayga Hybrid (2021) 

Après le Bentayga Speed, c'est au tour de sa déclinaison Hybrid de bénéficier d'un petit coup de jeune de mi- carrière. Les évolutions esthétiques sont les mêmes que pour le modèle W12, discrètes.

Bentley veut électrifier tous ses modèles d'ici 2023 et lancer son premier véhicule 100% électrique en 2025. Compte tenu du rôle très important du Bentayga au sein de la gamme du constructeur, il n'est donc pas surprenant que la version hybride du SUV chic vienne de faire peau neuve, juste après la version Speed équipé du W12. Globalement, ce modèle hybride rechargeable suit les traces de ses grands frères : feux effilés à l'avant, blocs optiques redessinés à l'arrière, nouveau système d'info-divertissement...

Rejoignant ainsi les variantes Bentayga et Bentayga Speed déjà remises au goût du jour, le Bentayga Hybrid restylé combine un moteur à essence de 3,0 litres et un moteur électrique pour une puissance combinée de 449 chevaux et 700 Nm de couple. Le groupe motopropulseur hybride rechargeable offre 50 km d'autonomie en mode « zéro émission », selon l'ancien cycle NEDC... facile !

 

Les données internes de Bentley montrent que près de 100% des propriétaires de Bentayga Hybrid avant le restylage utilisent leur voiture quotidiennement avec le mode « EV » (Electric Vehicle) activé, la moitié d'entre eux effectuant régulièrement des trajets de moins de 50 km. Les trajets simulés ont montré 67% d'émissions nulles sur près de 1.000 km de tests autour de San Francisco.

                         New-Bentayga-Hybrid-5_2.jpg?itok=r37vC5p

Vraiment mieux ?

Bentley promet que la batterie au lithium de 17,3 kWh, qui se compose de 168 cellules individuelles, a une durée de vie de 160.000 km ou huit ans. Une recharge complète de la batterie prend environ deux heures et demie. Elle alimente un moteur électrique compact logé dans la transmission entre la boîte de vitesses et le moteur thermique.

En plus des différents modes de conduite, le Bentayga Hybrid est également équipé du système de navigation Bentley Hybrid Efficiency, qui aide les conducteurs à profiter d'une meilleure efficacité de leur auto via la pédale d'accélérateur. Le système donne un point de pression lors de la conduite en mode électrique uniquement pour « indiquer la limite entre la puissance électrique et thermique » encourageant le conducteur à rester en mode « zéro émission ».

Les améliorations pour ce Bentayga Hybrid incluent Apple CarPlay et Android Auto sans fil de série, ainsi qu'un tableau de bord entièrement numérique comme sur les autres versions du SUV britannique. Il y a aussi un nouvel écran d'info-divertissement de 10,9 pouces avec un revêtement antireflet et une fonctionnalité tactile améliorée.

oici donc quelques photos pour découvrir ce Bentayga Hybrid restylé avec son moteur V6 de 3,0 litres qui est associé à un bloc électrique pour développer une puissance totale de 449 chevaux et 700 Nm de couple. 

 

5ff42c1ef00a0.jpg?itok=9xVtTu_u
5ff42c1f07a9b.jpg?itok=9LMvWMVt
5ff42c1f0f0c7.jpg?itok=MsfOR_6R
5ff42c1f17338.jpg?itok=Cd_lXqfA
5ff42c1f1e34a.jpg?itok=n-GK78Ej
5ff42c1f25891.jpg?itok=h_mxZdiB
5ff42c1f2be24.jpg?itok=13JhPk_W

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette Mercedes 300 SL cache un moteur AMG

 
                                  Mercedes 300 SL AMG 

Les puristes inconditionnels de la 300 SL ne seront pas les plus heureux en voyant cet exemplaire. En fait, cette auto légendaire cache un secret qui lui vient tout droit d'Affalterbarch.

Dans les années 1950, le légendaire importateur Mercedes-Benz basé aux États-Unis, Max Hoffman, a suggéré au constructeur allemand de construire un nouveau modèle basé sur sa voiture de course pour le marché américain. La 300SL est née avec un moteur six cylindres en ligne de 3,0 litres sur un châssis tubulaire et disposait de portes papillon devenues emblématiques. Seulement 3258 unités ont été construites, c'était donc un oiseau rare en plus d'être la voiture de série la plus rapide de son temps. Aujourd'hui, environ 70 ans plus tard, c'est encore plus rare et en modifier un exemplaire est considéré comme un sacrilège. Cela n'a pas empêché John Sarkisyan de S-Klub, un homme célèbre pour ses constructions de Porsche, de prendre un coupé et de créer un « restomod » à toit ouvert. Sous le capot, ce n'est plus un ancien 6 cylindres en ligne mais un V6 AMG moderne.

Documentant cet incroyable travail dans une vidéo, Sarkisyan explique qu'il a commencé avec un châssis et une coque qu'il a trouvés. Il ne s'agissait que de réparer quelques pièces de carrosserie lorsqu'il a commencé, mais il a voulu aller plus loin. Que les puristes se rassurent quand même, il s'agit plus d'un clone que d'une modification. En fait, ce 300 SL spécial a été construit sur base d'une Mercedes AMG SLK 32 de 2002.

 
                           Mercedes 300 SL AMG

Un modèle unique

Sarkisyan a commencé par créer des rendus de ce qu'il voulait et a fait appel à son ami Alan Iwamoto pour l'aider à en faire une réalité. Ce n'est pas leur premier projet basé sur une 300 SL, mais c'est certainement celui qui se rapproche le plus de l'esprit originel du vrai 300 SL. Toutefois, ils ont oublié le toit dans la reconstruction et l'ont transformé en un speedster avec une large carrosserie et avec un moteur moderne. Les feux arrière, les badges et la calandre proviennent d'une 300 SL, tandis que le pare-brise vient d'une Porsche 911 Speedster.

Le châssis est principalement construit en fibres de verre, tandis que l'intérieur rouge est vêtu de 5 cuirs différents et dispose d'un volant spécial de 15 pouces et d'un système audio Macintosh. Il convient de regarder la vidéo qui explique davantage de détails au sujet de cette auto pour mieux comprendre comment elle a été fabriquée.

 la carrosserie, elle est majoritairement construite en fibres de verre, mais quelques panneaux proviennent d'une vraie 300 SL. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le pare-brise vient d'une Porsche 911 Speedster.

 
5ff3286b63ce7.jpg?itok=vuQ_fVrE
5ff3286b6e53f.jpg?itok=0M6aPSwZ
5ff3286b7a38f.jpg?itok=VNjW73_e
5ff3286b844fb.jpg?itok=nKsJIQto
5ff3286b8b012.jpg?itok=ETp6JO4z
5ff3286b91b28.jpg?itok=cXjdTGiM
5ff3286ba5755.jpg?itok=DVhra78D
5ff3286bb527b.jpg?itok=RnIn496c
5ff3286bc322c.jpg?itok=QKYBX_Je
5ff3286bce1ce.jpg?itok=8Ozc9lDd
5ff3286bd58be.jpg?itok=YuLsvAi_
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?

 
        Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ? 

 

Les plus

  • Hybride agréable et sobre

  • Confort général

  • Technologie très riche

  • Rapport prix / équipement

Les moins
  • Ergonomie digitale pas si facile

  • Seuil et contours du coffre

  • Comportement placide

 

Look digne d'un concept-car, présentation flatteuse et motorisations hybrides généralisées. La refonte est totale pour cette quatrième génération du Hyundai Tucson, bourré de technologie et décomplexé au possible. Lorsque l'on attire l'attention aussi ostensiblement, c'est généralement que l'on est sûr de son coup...

Impossible de trouver la moindre similitude, hormis le nom, avec ses devanciers. Le précédent Tucson n'était pourtant pas si démodé, techniquement loin d'être ridicule et se portait plutôt bien commercialement. Timide en France et en Europe, occulté par les omniprésents Peugeot 3008 et Volkswagen Tiguan certes, mais sa présence est largement honorable dans le reste du monde : 7 millions d'exemplaires depuis le premier Tucson lancé en 2004, soit le modèle le plus vendu du constructeur coréen.

 

 
 

La refonte intervient donc relativement tôt, le précédent ayant à peine 5 ans de carrière au compteur. Et quand un modèle plait, le coup de crayon reste généralement léger. Ici, c'est l'inverse. L'ancien Tucson remontait à une époque où pour séduire, il fallait avoir l'air allemand. Classique et un peu froid. Ça, Hyundai a montré qu'il savait faire. Qu'on se le dise, le quatrième Tucson est tout bonnement méconnaissable : on croirait à un concept-car lâché sur route ! Ce qui est presque le cas, vu qu'il reprend quasiment trait pour trait la silhouette et les arêtes saillantes de l'étude Vision T découverte à Los Angeles en 2019.

Ne rien faire comme les autres

Quasiment aucune courbe, les flancs sculpté et passages de roues tout en angles rappellent de loin le Toyota RAV4. Sauf que les effets de style, ultra-graphiques, donnent dans le spectaculaire. Surtout ce faciès : la calandre est encadrée de quatre rangs d'optiques à Leds qui, éteints, forment une sorte d'imposant masque sombre. Même chose pour le bandeau lumineux, taillé en biseaux, à l'arrière. On aime ou pas, mais le but recherché est là : le Tucson se remarque, et ne ressemble pas à grand-chose de ce que l'on trouve en circulation.

 

 
 
                        Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
Les dimensions évoluent très peu (4,50 m de long). Pour le reste, c'est une métamorphose ! Après tout, vu que le look est l’argument numéro un du succès des SUV et crossovers, autant pousser le pari jusqu’au bout

L'habitacle a été conçu dans le même registre. Peu conventionnelle dans son agencement, la partie avant est séparée en deux zones enveloppantes distinctes. L'ambiance plutôt aérée, épurée et minimaliste est due à l'absence de casquette d'instrumentation ou d'imposants aérateurs. Côté passager, la ventilation est assurée par de minuscules bouches d'aération dissimulées dans la planche de bord.

Inévitable, en revanche, l'invasion digitale est ici totale : quasiment aucune commande physique, tout est tactile. Au moins, les fonctions essentielles sont directement accessibles et ne nécessitent pas de tâtonner dans les différents menus. L'arborescence du système d'infotainment est plutôt bien pensée, et les graphismes soignés, qu'il s'agisse de l'écran central ou de la dalle TFT, en guise d'instrumentation.

 

 
                        Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
L'habitacle est plutôt raffiné, original, et tranche avec ce que l'on trouve habituellement sur le créneau. La finition est flatteuse, les matériaux de bon niveau... le premium n'est pas loin.
 

La famille est aussi bien reçue. Les dimensions ont peu bougé par rapport à l'ancien Tucson, mais l'espace arrière a légèrement progressé (+ 3 cm aux jambes). Vaste, deux adultes y sont à l'aise et même si la banquette ne coulisse pas (la modularité est assez basique), le dossier s'incline sur une large amplitude. Enfin, même s'il n'est pas le champion du déménagement, le Tucson propose tout de même de 616 l pour engloutir les bagages. Dommage, le seuil est un peu haut et les passages de roues empiètent sur ce volume pourtant généreux. Au moins, la batterie de notre version hybride, implantée sous l'assise, n'a aucun impact sur la capacité de chargement ou les aspects pratiques.

Hybride pour tous et avalanche techno

Nous étions prévenus, dès le démarrage et l'allumage clinquant de l'imposante calandre. Le Tucson adore la frime ! Heureusement pour lui, ce n'est pas qu'une façade : la plate-forme est entièrement nouvelle et le contenu technologique au diapason. Le sommet de gamme (Executive) dispose de toute une panoplie encore rare chez les SUV généralistes, voire unique. Le rappel d'angle mort sur l'instrumentation, grâce aux caméras situées sous les rétroviseurs, est aussi astucieux qu'efficace même si le système ne dispense pas de tourner la tête pour contrôler de ses propres yeux. Toujours bon à prendre, en termes de sécurité.

 

 
                             Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
Sous cet angle, le Tucson parait encore plus musclé. Les effets de style sont soignés : l'essuie-glace est dissimulé sous le spoiler de toit, les feux taillés en biseaux...

Plus spectaculaire encore, la sortie de parking automatique : sur la clef, deux boutons permettent de faire avancer ou reculer l'auto depuis l'extérieur (uniquement en hybride, car impose une commande de boite auto électrique). Intéressant dans les parkings des grandes villes conçus à l'époque où les voitures avaient des dimensions de 4CV. Et surtout, soyons honnête, pour amuser les copains. Le gadget n'est pas nouveau et existe déjà chez BMW ou Tesla par exemple. Mais c'est plus cher...

Les motorisations aussi sont  dans l'air du temps. Hybride... sinon rien ! A différents degrés, bien sûr : les essence et Diesel (1,6 l, respectivement 150 et 136 ch) se contentent d'une micro-hybridation 48V. Notre modèle, Hybrid 230, assure quant à lui le sommet de la gamme avec un système hybride classique, combinant un moteur thermique de 180 ch (1,6 l essence) et un moteur électrique de 60 ch. Les Toyota RAV4 et Honda CR-V sont les seuls concurrents à proposer une technologie similaire, sans recharge, qui devient rare : l'hybride rechargeable tend à prendre le pas chez les concurrents. Un PHEV permettant une vraie autonomie électrique (environ 50 km) est d'ailleurs attendu au catalogue du Tucson dès le printemps 2021, fort de 265 ch.

 

 
 
                       Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
L'hybride est suffisament performant et délive un confort de marche intéressant. En gardant le pied léger, son appétit tourne autour de 6,5 l/100 km. Par contre, il faudra attendre le printemps pour avoir droit au PHEV.

Confort et douceur

Dans l'absolu, 230 ch est une puissance respectable. Même si les performances sont ici tout à fait correctes (8 s de 0 à 100 km/h) et les relances énergiques (350 Nm tout de même), la douceur de marche et l'efficacité énergétique ont primé sur le développement de cette motorisation. On en retient surtout le fonctionnement feutré à souhait, la discrétion, et la gestion totalement transparente du passage d'une énergie à l'autre. Par ailleurs, le choix d'une boite automatique classique à convertisseur évite l'un de défauts bien connu des boites CVT de ses rivaux japonais précités : ici, point de désagréable sensation d'emballement à la moindre accélération un peu trop franche !

Ici, pas question d'évoluer bien longtemps en électrique (il n'y a d'ailleurs aucun bouton pour forcer la marche électrique, contrairement à Toyota) : la toute petite batterie de 1,49 kWh vise d'abord à alimenter ponctuellement l'électrique, lors des phases les plus demandeuses, au démarrage ou en relance. Pas seulement, puisqu'en cumulant les kilomètres passés à basse vitesse en ville ou en roue libre sur route, on estime passer environ 50 % du temps en tout-électrique, alternant en continu entre les deux sources d'énergie. Plaisant, et efficace en gardant le pied léger : sur un parcours pourtant exigeant lors de notre essai entre Bordeaux et les Pyrénées, nous sommes sans peine restés autour de 6,5 l / 100 km.

 

 
                             Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
Pas de bonus pour l'hybride classique, mais ses tarifs sont équivalents au Diesel. A moins d'être un gros rouleur ou d'avoir un besoin impérieux de 4 roues motrices (uniquement en Diesel pour l'instant), la douceur de marche plaide pour le premier...
 

Tout concourt donc à faire du Tucson un bon compagnon de route, y compris son toucher de route, soigneusement filtré et sans surprise. Là encore, place au confort, malgré une certaine fermeté à basse vitesse (et des roues de 19 pouces) : rassurant et raisonnablement dynamique, mais un 3008 se montrera plus vif sans être moins agréable.

Tarifs et équipement : tout compris

Tout est de série, et quel que soit le niveau de finition choisi, l'équipement archi-complet justifie des tarifs plutôt costauds. 29.900 € en prix d'appel pour le Tucson en entrée de gamme Intuitive : pas vraiment donné pour un généraliste. Mais rien ne manque. Caméra de recul, lecture des panneaux, maintien de file, régulateur ou encore connectivité Carplay et Android Auto sont de série. Moyennant 3.900 € de supplément, le niveau intermédiaire Creative affiche complet avec les sièges chauffants, les phares à Leds, l'aide au parking avant... L'écart avec notre version supérieure Executive est plus conséquent : 6.000 € de rallonge ! Là, la dotation frise le luxe : cuir, sièges ventilés, caméras 360°, conduite autonome de niveau 2. Sans oublier les rappels d'angles morts et la sortie de parking par télécommande évoqués plus haut. Notre modèle demande ainsi un chèque de 44.000 €. Onéreux, mais plutôt compétitif face à la concurrence, à dotation et prestations équivalentes. Attention au Ford Kuga, lui aussi bien placé en prix / prestations.

 

 
                   Essai Hyundai Tucson (2021) : est-il capable de s'attaquer aux Tiguan et 3008 ?
Phares allumés, le Tucson se reconnait de loin. Leds éteintes, les optiques se fondent dans la calandre pour former un imposant masque sombre. Très graphique.

Caractéristiques techniques Hyundai Tucson 4 (2021)

 
Modèle essayé : Hyundai Tucson Hybrid 230 Executive
Dimensions L x l x h 4,500 / 1,865 / 1,651 m
Empattement 2,680 m
Volume coffre mini / maxi 616 / 1.795 l 
Poids à vide 1.649 kg
Cylindrée du moteur 4 cylindres essence, turbo - 1.598 cm3 + électrique
Puissance moteur 180 ch (thermique), 60 ch (électrique), 230 ch à 5.500 tr/min (combiné)
Couple 350 Nm
0 à 100 km/h 8 s
Vitesse max 193 km/h
Consommation annoncée 5,6 l / 100 km (WLTP)
Taux de CO2 125 g/km
Malus 2021 0 €
Tarifs à partir de 29.900 € (modèle essayé : 44.000 €)
 
Bilan

Risqué, ce look outrancier ? Habile de la part des designers Hyundai, surtout, puisqu'il s'agissait d'attirer toute l'attention sur un nouveau Tucson fort d'atouts très concrets. Technologie riche, voire unique sur le créneau, confort général et mécaniques hybrides efficaces. Le tout jeune coréen a tout du sérieux outsider, sans vrai défaut majeur.  

 
5ff49c312f48b.jpg?itok=xhZLtsZr
5ff49c313d0d1.jpg?itok=L5mfdFnI
5ff49c31467b2.jpg?itok=dyEolku8
5ff49c31569bb.jpg?itok=o-Omd8IK
5ff49c316df44.jpg?itok=RAQHmPY0
5ff49c317d19a.jpg?itok=b30iqY4t
5ff49c318b932.jpg?itok=eF1MQXWi
5ff49c3198235.jpg?itok=TIP02vcK
5ff49c31a2346.jpg?itok=rrcJ5CkR
5ff49c31ad10b.jpg?itok=Cg1A0u0x
5ff49c31baec4.jpg?itok=Pu4lOZ0o
5ff49c31c4182.jpg?itok=YelYZj3u
5ff49c31cfab4.jpg?itok=pYnkhk2B
5ff49c31d87a7.jpg?itok=9qhxO39p
5ff49c31e340d.jpg?itok=wMIwwvJT
5ff49c31ed71d.jpg?itok=HEMbHu8u
5ff49c3203435.jpg?itok=dmnLZ5t5
5ff49c322f25c.jpg?itok=jqZoAh5Q
5ff49c327a8d7.jpg?itok=onLfbk4z
5ff49c32a8de7.jpg?itok=sVsSD_t6
5ff49c32cfe8e.jpg?itok=18_5dxJx
5ff49c32d94ae.jpg?itok=HqS2Z7Io
5ff49c32e10cf.jpg?itok=rGvh1raU

https://www.turbo.fr/hyundai/tucson/photos/hyundai-tucson-4-2021-les-photos-de-notre-essai

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Essai Citroën C3 restylée : lifting léger

 
                          Citroën C3 restylée (2020) 

 

Les plus

  • Possibilités de personnalisation

  • Confort encore amélioré

  • Agrément PureTech 110 ch

Les moins
  • Très peu de changements esthétiques

  • Consommations extra-urbaines

  • Pas d’amélioration de la qualité des matériaux

 

Lancée en 2016, la Citroën C3 de troisième génération est l'une des citadines les plus vendues en France. Après une première moitié de carrière satisfaisante, il est temps pour la C3 de s'offrir un restylage. Pas de grands changements, la petite française reste fidèle à elle-même : confortable et bien équipée.

850.000 exemplaires vendus. Ce n'est pas encore au niveau de ses rivales directes comme la Renault Clio et la Peugeot 208, mais la C3 de troisième génération a su faire son bout de chemin tranquillement. La marque aux Chevrons a fait le choix de l'originalité en débarquant sur le marché avec une face avant mignonne, de multiples possibilités de personnalisation... Bref, un look atypique renforcé par l'arrivée des fameux Air Bump. Mais pour garder la face, Citroën se devait de lui donner un petit coup de jeune en 2020.

Petit, parce qu'il faut vraiment redoubler de vigilance pour percevoir les détails qui démarquent les toutes nouvelles C3 des exemplaires d'avant restylage. Surtout à l'intérieur ! Dans l'habitacle, il est tout à fait impossible de distinguer le moindre changement. Seuls les nouveaux sièges Advanced Confort et le traitement de l'écran tactile sont perceptibles à condition de sortir la loupe.

 

À l'extérieur, les modifications de ce restylage sont tout aussi légères, mais déjà plus faciles à repérer. Les Air Bump latéraux ont été redessinés, les nouveaux blocs optiques inaugurent des feux LED et la calandre a été légèrement revisitée. On retrouve sur cette C3 restylée les codes stylistiques des nouveaux modèles de la marque avec un double liseré chromé qui descend jusque sous les optiques. Histoire de justifier ce restylage, Citroën apporte également une nouvelle signature lumineuse sur les feux arrière. Et c'est tout !

                                  Citroën C3 restylée (2020)
Esthétiquement, la nouvelle Citroën C3 a tout de même le droit a de nouveaux Air Bump et à une nouvelle signature lumineuse pour les feux arrière.

Facile à vivre

La gamme de motorisation n'a pas bougé. Enfin si... La version la moins puissante passe de 81 à 83 chevaux. C'est symbolique ! Sinon, toujours un seul et unique bloc Diesel au catalogue, le Blue HDi 100, mais il n'intéressera que les gros rouleurs et les entreprises. Du côté des blocs essence, on retrouve donc le PureTech de 83 chevaux qui manque un peu de pêche sur la route. Nous avons donc opté pour une C3 plus polyvalente équipée du PureTech 110 ch associé à la boite de vitesses manuelle à six rapports.

Si ce petit 3 cylindres d'1,2 litre s'est montré plutôt convaincant en matière de dynamisme, son association à la boîte de vitesse automatique (EAT6) l'aurait sans doute rendu encore plus agréable. Difficile de dire si cela vient de l'étagement de la boîte ou du manque de couple de ce petit moteur, mais on se surprend à devoir fréquemment changer de rapport, même sur autoroute. Certains diront que nous sommes paresseux, d'autres comprendront qu'il est appréciable de pouvoir rester sur une seule et même vitesse... surtout pour la moyenne de consommation. Néanmoins, la douceur de marche reste la ligne de conduite de cette Citroën C3 restylée. Et ce, malgré aucune amélioration des liaisons au sol et des trains roulants.

La citadine aux Chevrons préfère laisser à la Peugeot 208 les joies du dynamisme. On n'a de cesse de le répéter : Citroën joue la carte du confort à fond et ça marche ! Ainsi, lorsque l'on est à bord de la C3, on adopte naturellement une conduite coulée, sans à-coups et on profite des nouveaux sièges qui, il faut bien le dire, améliorent le confort de l'auto... à condition d'avoir coché cette option, à 300 euros.

 

Loeb / Ogier, deux "Sébastien" au sommet ! - Extrait TURBO du 18/11/2018

 
 
                           Citroën C3 restylée (2020)
À l'intérieur, rien ne bouge si ce n'est le traitement appliqué à l'écran tactile du système d'info-divertissement.

Vraiment citadine

Outre son gabarit, la C3 a quelques arguments qui font d'elle une vraie citadine. En ville, la C3 est toujours agréable et les moyennes de consommations y sont plutôt raisonnables, même avec le moteur le plus puissant de la gamme. Pendant notre essai, nous avons relevé une moyenne de 6,7 litres/100 km sur des parcours réalisés uniquement en milieu urbain. C'est assez raisonnable, mais une Renault Clio 100 TCe est encore capable de mieux.

En revanche, lorsque l'on s'échappe sur route, les consommations peuvent être beaucoup moins enthousiasmantes. La Citroën C3 de notre essai affiche près de 7,5 litres/100 km sur un parcours mixte en gardant le pied léger et même jusqu'à 8,3 l/100 km au bout des 600 km de notre essai pendant lesquels nous avons adopté un rythme plutôt soutenu. Rien de très étonnant, mais on s'attendait à mieux.

                             Citroën C3 restylée (2020)
Désormais, la Citroën C3 restylée bénéficie de feux à LED et d'un nouvel entourage des blocs optiques.
 

Bien placée sur le marché

Qui dit restylage, dit souvent augmentation. Mais dans le cas de la C3, l'inflation reste mesurée : la gamme commence à 15.200 euros et peut aller jusqu'à 22.900 euros. Notre version 110 chevaux en finition Feel Pack dépasse les 21.000 euros mais bénéficie d'une dotation de série assez riche. Feux de route automatiques, caméra de recul, essuie-glaces automatiques, navigation GPS, jantes en alliage de 16 pouces, Apple Car Play et Android Auto... L'essentiel est là !

Face à sa cousine Peugeot 208, la C3 restylée est moins chère d'environ 1.000 euros. Une différence raisonnable mais qui ne sera certainement pas un critère clé. Ceux-ci réfléchiront davantage par rapport aux look et au confort de l'auto. Sur ce point, la C3 garde à bonne distance les Kia Rio et Ford Fiesta, mais attention tout de même aux Opel Corsa et Hyundai i20 qui peuvent lui faire de l'ombre. Toutefois, sur le marché français en tout cas, la C3 garde une image qui joue en sa faveur.

Bilan

En misant presque tout sur le confort, le parti-pris de la Citroën C3 restylée fonctionne, mais attirera certainement toujours la même clientèle. Finalement, seules ses motorisations un peu datées pourraient lui causer du tort puisque ses principales rivales sont bien plus riches en matière de technologies « vertes ». Restent ses possibilités de personnalisation, encore plus nombreuses qu'auparavant, et sa bonne notoriété.

 
5ff4c76f35d8c.jpg?itok=uKLoPKHY
5ff4c76f4ee55.jpg?itok=fAmav_T2
5ff4c76f5e294.jpg?itok=LA3z9mqd
5ff4c76f6e0e3.jpg?itok=DbBGQ895
5ff4c76f7f762.jpg?itok=YOYZU745
5ff4c76f8a29e.jpg?itok=7nCF3UUp
5ff4c76f9506d.jpg?itok=fdUHwUr0
5ff4c76fa0946.jpg?itok=amVTmhoC
5ff4c76fbb5bf.jpg?itok=vkenrw73
5ff4c76fceea2.jpg?itok=2yn9LbI8
5ff4c76fda72e.jpg?itok=eiLd-1lQ
5ff4c76fe5047.jpg?itok=iyD1RFqI
5ff4c76fee82d.jpg?itok=X4xmMDS8
5ff4c77002a7b.jpg?itok=sX1LhPFY
5ff4c770110eb.jpg?itok=5RnCgA1n
5ff4c7701eb5e.jpg?itok=LQbieGbh
5ff4c7702b135.jpg?itok=13W04vUp
5ff4c770335d9.jpg?itok=GZs1glSy
5ff4c7703d944.jpg?itok=dlWBhJ4K
5ff4c7704bcb7.jpg?itok=WoxncKue
5ff4c77058d37.jpg?itok=7Ovx0Ztx
5ff4c77062123.jpg?itok=Ls3F7O52
5ff4c7706edd9.jpg?itok=rvgk6o7L
5ff4c77076241.jpg?itok=VAFzcgKt
5ff4c7707d0e4.jpg?itok=R4CiQZhc
5ff4c77084486.jpg?itok=02gYtFa6
5ff4c7708beb0.jpg?itok=LP4yRGxe
5ff4c770957d6.jpg?itok=u5uvmJZL
5ff4c770a2a54.jpg?itok=irHDAigs
5ff4c770aacad.jpg?itok=JyNC1Cl3
5ff4c770b3138.jpg?itok=kcmSKj7o
5ff4c770bc517.jpg?itok=04vr-GaC
5ff4c770ce1c9.jpg?itok=-ODlXVz4
5ff4c770edd73.jpg?itok=lBv6TWnT
5ff4c7710b57c.jpg?itok=NAnwkyOK
5ff4c77116b17.jpg?itok=eOGb0LTU
5ff4c771239f4.jpg?itok=40L0aHF3
5ff4c7712f4ea.jpg?itok=IZcf4DeE
5ff4c7713c0c6.jpg?itok=0JYulH49
5ff4c77143a0f.jpg?itok=KrzZqjvu
5ff4c7714f768.jpg?itok=WzL383K8
5ff4c77160999.jpg?itok=gxyJsnM1
5ff4c77170e5f.jpg?itok=CgvyVSqF
5ff4c7717d7a1.jpg?itok=LEMUlIay
5ff4c771853a8.jpg?itok=uUyRpdZE
5ff4c77191650.jpg?itok=_ofczgI5
5ff4c7719b4c5.jpg?itok=idZxN-9E
5ff4c771b02ef.jpg?itok=oNV_bE7-
5ff4c771c278a.jpg?itok=5u95VoFO
5ff4c771cda0b.jpg?itok=U1OUqagi
5ff4c771d752e.jpg?itok=s7eIUS9g
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nissan Juke (2021) : une édition limitée « Enigma » en approche

 
                          Nissan Juke 2 Enigma 

Près d'un an après son lancement, le Nissan Juke gagne une édition limitée nommée Enigma. Au programme, plus de technologie et quelques éléments de style spécifiques.

Pour bien commencer 2021, Nissan apporte une nouvelle version du Juke de deuxième génération baptisée « Enigma ». Après environ 10.000 exemplaires vendus en une année, la firme japonaise semble penser qu'une première édition spéciale pourrait booster les ventes. Initialement, cette édition limitée sera basée sur le niveau de finition de milieu de gamme « N-Connecta ». Mais puisque c'est une série spéciale, Nissan ajoute quelques éléments de carrosserie spécifiques : motifs graphiques sur le toit et les coques de rétroviseurs, et jantes noires en alliage de 19 pouces.

C'est aussi le premier Nissan Juke qui embarque le système Alexa. L'assistant virtuel développé par Amazon sera disponible dans cette nouvelle série limitée du Crossover urbain nippon. Nissan explique même que lorsque l'auto est connectée à votre compte Nissan Connect Services, vous aurez accès à quelques fonctionnalités à distance, depuis chez vous par exemple. Allumer les phares, connaître l'emplacement du stationnement ou l'autonomie restante deviendra ainsi un véritable jeu d'enfant.

 
                     Nissan Juke 2 Enigma

Limitée à 500 exemplaires

500 exemplaires, cela semble confidentiel pour une auto de grande distribution comme le Nissan Juke. Pourtant, c'est bel et bien le nombre de Juke Enigma qui seront disponibles sur le marché. Sous le capot, vous n'aurez pas le choix : Nissan propose un seul moteur essence de 114 chevaux associé à la boîte de vitesses automatique DCT7.

En ce qui concerne le prix, Nissan profite de ce tirage très limité pour saler un peu la note : il faudra débourser au minimum 28.440 euros pour s'offrir les services de l'un des 500 exemplaires disponibles en France. Quand même !

ébourser au minimum 28.440 euros pour s'offrir ses services. un tarif un peu salé par rapport au Juke d'entrée de gamme proposé à partir de 19.900 euros.

 

5ff5a5bee9678.jpg?itok=3_T5ulk7
5ff5a5bf1a641.jpg?itok=5RBGg_EX
5ff5a5bf35b46.jpg?itok=pI6UhDq3
5ff5a5bf596e6.jpg?itok=KLNBTbAV
5ff5a5bf80590.jpg?itok=J1q5Jl99
5ff5a5bf97a54.jpg?itok=p1apie93
5ff5a5bfada04.jpg?itok=UwCMdRF3
5ff5a5bfc4fa1.jpg?itok=DP3FDFuy
5ff5a5bfdb7bf.jpg?itok=rKzdoEnm
5ff5a5c0029aa.jpg?itok=a4frM2Q4
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

PHOTOS - Porsche 718 Boxster, une édition limitée pour les 25 ans

Porsche profite de cette série de photos pour dévoiler une version un peu spéciale de la 718 Boxster. En effet, le constructeur allemand a décidé de célébrer comme il se doit les 25 ans de ce modèle.

Ayant pour base la Porsche 718 Boxter GTS 4.0, cette dernière est donc forte du six cylindres à plat de 4,0 litres de cylindrée développant une puissance de 400 chevaux. Il peut être associé à une boîte manuelle à six rapports ou automatique à double embrayage à 7 rapports (PDK).

Fidèle aux modèles qui l'ont précédé, le Boxster Edition 25 ans dispose d'éléments caractéristiques comme un intérieur en cuir bordeaux et une capote en tissu rouge sur laquelle est inscrit en relief «  Boxster 25 » (également disponible en noir). A cela viennent s'ajouter différents coloris, dont l'étonnant Néodyme, des jantes en alliage bicolores de 20 pouces, des sièges sport réglables, des seuils de porte arborant l'inscription « Boxster 25 », ou encore un volant sport GT en cuir multifonction.

 

Disponible un peu partout dans le monde dès le printemps de cette année, cette série limitée ne sera produite qu'à 1250 exemplaires. Son prix en France : 96 918 euros.

 

5ffea844abddf.jpg?itok=rrBnnQfA
5ffea844baf98.jpg?itok=HGFQjBl-
5ffea844c8aa4.jpg?itok=9BxS6Kio
5ffea844d25ab.jpg?itok=s8Z56gsW
5ffea844e34ec.jpg?itok=X2qCmJSe
5ffea844ed4fa.jpg?itok=xAjVAqh9
5ffea84501438.jpg?itok=oUMDJpLO
5ffea84508bf7.jpg?itok=7Wu1Pc94
5ffea845135c9.jpg?itok=KJgPfpWh
5ffea8451bffa.jpg?itok=2Kq1niAY
5ffea8452384b.jpg?itok=eXiSPiRp
5ffea8452b14a.jpg?itok=o0vHr1rT
5ffea8453b291.jpg?itok=MxFbhm0g
5ffea845448d3.jpg?itok=7jY5BQ0Y
5ffea84550428.jpg?itok=jj7YLM7X
5ffea8455a02a.jpg?itok=R85DmToF
5ffea8456a200.jpg?itok=PEhQ_MJh
5ffea84574615.jpg?itok=sSsL9VJO
5ffea8457f5c3.jpg?itok=PtrYN2vM
5ffea8458b838.jpg?itok=fAnrdtDj
5ffea8459c425.jpg?itok=Dgo9vcL6
5ffea845a352b.jpg?itok=SGZmkYnI
5ffea845aafa3.jpg?itok=wSX4A5vf
5ffea845bae02.jpg?itok=tqB5Kn-R
5ffea845c9329.jpg?itok=c_7fz_Bs
5ffea845d966b.jpg?itok=3HXvMcgx
5ffea845e70d9.jpg?itok=-Cr-G5zp
5ffea84600922.jpg?itok=ftchNMfb
5ffea8460b525.jpg?itok=rReCPg92

Share this post


Link to post
Share on other sites

PHOTOS - Bugatti Divo, les premiers exemplaires arrivent aux Etats-Unis

Bugatti profite de cette série de photos pour dévoiler les premiers exemplaires de la Divo arrivés sur le sol américain.

Trois des quatre exemplaires de la Bugatti Divo vendus par le concessionnaire de Beverly Hills vont bientôt rejoindre leurs propriétaires. Mais avant cela, ces modèles uniques ont effectué quelques tours de pistes sur le circuit privé « The Thermal Club » à Palm Desert, en Californie.

Pour rappel, la Bugatti Divo ne sera produite qu'à 40 exemplaires dans les ateliers de la marque, à Molsheim, en Alsace. Equipée du célèbre W16 de 8 litres de cylindrée développant une puissance de 1500 chevaux, elle voit sa vitesse de pointe limitée à 380 km/h. Toutes les Bugatti Divo, vendues 5 millions d'euros chacune, devraient être livrées dans les mois qui viennent.

 
5ffed1249747c.jpg?itok=hCVL8KBG
5ffed124a18a7.jpg?itok=87b9DOIY
5ffed124a9807.jpg?itok=gSAVEoEY
5ffed124b4e9f.jpg?itok=zY8abn5q5ffed124c5b5d.jpg?itok=VWLOQ2k8
5ffed124ce7e4.jpg?itok=X3wigXia
5ffed124ddc73.jpg?itok=GnDIrQIG
5ffed124e8070.jpg?itok=F9fvTwsr

5ffed124f147a.jpg?itok=A8VYfwCm

5ffed125054cb.jpg?itok=T1mDwik8
5ffed1250cc72.jpg?itok=iDuKVjtL
5ffed125150de.jpg?itok=WQH6hbnd
0010%20Bugatti%20Divo%20-%20US.jpg?itok=

Share this post


Link to post
Share on other sites

Essai Audi A3 Sportback (2020) : une quatrième génération plus confortable

 
                           Audi%20A3%20Sportback%20-%20Essai.jpg?it

 

Les plus

  • Confort

  • Style moins consensuel

  • Multimédia moderne

Les moins
  • Performances un peu justes

  • Habitacle clivant

  • Tarifs


Comme toujours chez Audi, pas de grosse révolution esthétique à première vue pour cette nouvelle génération d'A3 Sportback. En revanche, la marque aux anneaux revoit tout à l'intérieur et en profite pour soigner le châssis afin d'améliorer à la fois le confort et l'efficacité.
 

Après le succès des précédentes générations et plus de 5 millions d'exemplaires vendus, c'est au tour de la quatrième génération d'Audi A3 de faire ses preuves. On le voit immédiatement néanmoins, hors de question de risquer de perturber la clientèle question look.

                                    Audi-A3-Sportback_001.JPEG?itok=DGSbW4qz

Un style moins consensuel

Le constructeur d'Ingolstadt fait évoluer le style en douceur. A l'avant en tous cas, on remarque surtout que le regard devient un peu plus acéré avec les feux Matrix. Mais à y regarder de plus près, on constate que les dimensions verticales de la calandre (désormais à nids d'abeille) sont revues à la baisse, pour une allure à la fois plus agressive et moderne. C'est assez réussi.

C'est latéralement que le dessin évolue le plus, avec des flancs plus creusés en partie basse qui accentuent l'allure dynamique. Les épaules sont ainsi plus marquées. Le profil de l'A3 devient moins rectiligne, plus sportif. Un effet également accentué par le montant arrière plus incliné.

Avec 4,34 m de long, la nouvelle A3 Sportback s'étire ainsi d'un peu plus de 3 cm. Même constat en largeur avec 1,82 m de large. Et dans les deux cas cela se voit. L'arrière enfin, gagne lui aussi en caractère avec des feux affinés.

 
 
                                     Audi-A3-Sportback_004.JPEG?itok=ZgKhmHZG

Une réorganisation plus pratique

Malgré ses dimensions en légère hausse, l'espace à bord n'évolue pas. Logique puisque cette nouvelle A3 exploite la même plateforme que sa devancière. D'ailleurs, la capacité du coffre ne bouge pas avec un volume variable de 380 à 1.200 litres.

Côté ambiance en revanche, on change totalement d'univers face à la précédente génération avec un nouveau tableau de bord entièrement repensé. Le plus visible est sans nul doute la greffe des bouches d'aération de part et d'autre du bloc d'instrumentation (le virtual cockpit disponible en 10,25 et 12,3 pouces), un peu dans l'esprit de certains modèles japonais où le bloc d'instrumentation est solidaire du volant. Un ensemble pas vraiment très élégant en photo mais qui finalement ne choque pas le moins du monde une fois derrière le volant.

                                Audi-A3-Sportback_007.JPEG?itok=0jBCNMFV
 

Cela permet en outre à l'écran multimédia (de 10,1 pouces) de changer de place. Celui-ci ne s'extrait plus du sommet de la planche de bord, mais s'intègre désormais sous la main, au cœur de la console centrale. L'écran tactile devient plus accessible, et on ne quitte pas pour autant la route des yeux grâce à la navigation également visible dans le virtual cockpit situé juste derrière le volant. Notons également que la bouche d'aération côté passager devient horizontale, à l'instar de certains modèles du segment supérieur.

Enfin, le levier de vitesse est plus compact et le bouton de contrôle du volume est désormais tactile (voir photos). Globalement, le mobilier perd en linéarité mais gagne en modernité et en originalité. On assiste à une petite montée en gamme esthétique, accompagnée d'une mise à jour technologique avec l'adoption notamment d'un affichage tête haute et du système d'aide à la conduite Car-to-X, capable à terme de communiquer avec les infrastructures et les autres usagers.

                                     A202040_large.jpg?itok=6x0bBUK8

Des hybrides à venir

La nouvelle A3 Sportback sera lancée avec trois moteurs quatre cylindres : un essence (1.5 TFSI de 150 ch) et deux Diesel (2.0 TDI de 116 et 150 ch). Cette offre sera épaulée par la suite par un 3 cylindres essence 1.0 TFSI de 110 ch.

A l'instar de sa cousine la VW Golf 8, elle profitera aussi d'un 1.5 TFSI de 150 ch doté d'une hybridation légère 48 volts. Mais aussi de deux versions hybrides rechargeables. Certains TDI et TFSI disposeront de la transmission quattro. Les moteurs essence représentent près de 50% des ventes sur l'Audi A3. Nous avons donc opté pour la version 35 TFSI forte du bloc 1.5 litre de 150 ch.

Ce qui change à la conduite

Le poids de la nouvelle A3 n'évolue pas : 1.355 kg à vide avec le bloc 1.5 TFSI. Ce qui est relativement léger pour le segment. Mais avec cette nouvelle génération d'A3, Audi nous annonce une meilleure expérience de conduite, grâce à des performances supérieures, une plus grande efficacité et un confort accru.

 

En pratique, l'efficacité du train avant est en effet au rendez-vous. Il y a du grip, même sur les glissantes routes espagnoles. Mais les performances n'ont rien d'exceptionnel : 8,4 s au 0 à 100 km/h pour notre modèle d'essai. Tout juste suffisantes. Disons qu'elles sont rationnelles, pour rester corrects. En revanche, les autres revendications d'Audi se confirment à l'aide notamment d'une direction assistée et d'un amortissement piloté revus.

 

                        A201902_large.jpg?itok=4LtRq_uz

En effet, la nouvelle Audi A3 reçoit en option une direction assistée désormais progressive, qui va s'adapter en fonction de la vitesse. Pratique pour manœuvrer en ville. Mais pas seulement : on tourne moins le volant et la conduite est plus dynamique sur route sinueuse. En l'occurrence, bonne nouvelle : pas de sensation artificielle, la direction reste agréable en se montrant parfaitement informative. Et on profite d'une excellente précision de conduite grâce à une consistance suffisante.

L'autre évolution châssis concerne donc l'amortissement piloté. Exit le système Magnetic Ride, Audi revient à une technologie traditionnelle avec des suspensions hydrauliques. Concrètement, on observe une plus grande amplitude entre le mode Confort et le mode Sport. Cela profite surtout au mode Confort qui offre un meilleur moelleux qu'auparavant, sans pénaliser le maintien de caisse. Le mode Sport quant à lui ne tombe pas dans la caricature. Il change peu et tant mieux.

                              A201905_large_0.jpg?itok=l1LMvi0v
 

Tarifs

Côté tarifs, l'A3 se montre un peu plus chère que ses concurrentes, mais cela s'explique par sa dotation en équipements de série plus généreuse. On note également une petite inflation: les tarifs débutent à partir de 29.200 euros en 35 TFSI et 30 TDI. Soit respectivement 800 et 300 euros de plus que la précédente génération. Mais l'arrivée du petit 3 cylindres dans la gamme rendra cette A3 plus accessible avec un tarif estimé à 27.000 euros environ.

                                 A201903_large_0.jpg?itok=Cf22Ml8h

Caractéristiques techniques Audi A3 Sportback (2020)

Modèle essayé : Audi A3 Sportback 35 TFSI
Dimensions L x l x h 4,343 / 1,816 / 1,449 m
Empattement 2,636 m
Volume mini / maxi du coffre  380 / 1.200 l
Poids à vide 1.355 kg
Cylindrée du moteur 4 cylindres essence, turbo - 1.498 cm3
Puissance moteur 150 ch à 5.000 tr/min
Couple 250 Nm à 1.500 tr/min
0 à 100 km/h 8,4 s
Vitesse max 224 km/h
Consommation annoncée 5,1 l / 100 km (parcours mixte WLTP)
Taux de CO2 (WLTP) 116 g/km
Malus 2020 0 €
Prix du modèle essayé à partir de 29.200 euros
 
 

 

Bilan

Contrairement à ce que certains pourraient penser, on a bien affaire une vraie nouvelle génération et non pas à un gros restylage. Bien que cette nouvelle A3 repose sur la plateforme de la précédente, les nouveautés sont très appréciables. Cela-dit, les clients A3 retrouveront immédiatement leurs marques. Audi a subtilement optimisé la nouvelle génération, sans nuire aux qualités qui ont fait le succès des précédentes. Au final, pas de doute, c'est un bon cru.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Porsche 911 Turbo type 964 by Ares Design : ambiance rétro !

                   0101%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares% 

 

Commandée par un passionné qui souhaitait réaliser la voiture de ses rêves, cette Porsche 911 turbo Type 964 préparée par Ares Design pourrait presque rivaliser avec les production Singer et Ruf.

On se rappelle de la Corvette C8 repensée par Ares Design. Le tuner italien avait littéralement métamorphosé la supercar américaine, pour en faire un engin démentiel aussi élégant qu'extrême. Cette fois, le tuner s'est attaqué à un modèle mythique avec la Porsche 911 Turbo Type 964. Déjà l'une des plus belles sportives au monde.

Le cahier des charges consistait à optimiser cette vieille 911 Turbo sous toutes les coutures, sans nuire à son ADN d'origine. Et cela, autant esthétiquement qu'en termes de performances. Le résultat est plutôt à la hauteur.

 
                              0100%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%

Plus belle qu'à sa sortie ?

La modification la plus visible est sans conteste l'intégration d'un aileron arrière fixe en queue de canard, inspiré de la non moins mythique 911 Carrera 2.7 RS. Aileron que l'on retrouvait d'ailleurs sur le modèle 997 Sport Classic. Les jantes en alliages bicolores argent-noir rappellent quant à elles les célèbres modèles Fuchs qui équipaient également la Carrera 2.7 RS au milieu des années 70.

A bord, l'habitacle a entièrement été gainé de cuir (voir photos), tandis que de nouveaux inserts décoratifs tapissés de tissu tartan apportent une touche d'originalité plutôt sobre et élégante à la planche de bord et les panneaux de portes. Le tuner a poussé l'optimisation jusqu'à intégrer le récent système multimédia dédié aux véhicules classiques proposé en accessoire par Porsche. Enfin, le bloc d'instrumentation reçoit cinq nouveaux compteurs tous neufs. Sublime !

 
                            0103%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%

425 ch sur les roues arrière

Bien sûr, la mécanique n'a pas été oubliée, puisque Ares design s'est chargé de remplacer le turbo et l'intercooler par des modèles plus gros et performants. Résultat, une augmentation de la puissance, passant de 360 ch d'origine à 425 ch après préparation. Malheureusement, aucun détail n'a été communiqué concernant l'amélioration des performances. Mais est-ce vraiment important ?

En revanche, pas de détail non plus concernant le montant de la préparation. Et pour le coup, cela aurait été plus intéressant à savoir. Mais de toute façon, ne rêvez pas car nous vous le rappelons, cette 911 a été commandée sur-mesure pour un client. Elle restera unique.

 

0100%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
0101%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
0102%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
0103%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
0104%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
0105%20Porsche%20911%20Turbo%20-%20Ares%
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ford Puma ST, petit SUV mais grand sportif !

 
                              01.jpg?itok=2sL9j3OW 
Les plus
  • Châssis

  • Moteur

  • Plaisir

Les moins
  • Amortissement ferme

  • Différentiel en option

  • Rayon de braquage

 

Avec son style aguicheur, son petit moteur épicé et son châssis travaillé, le Ford Puma ST a bien l'intention de montrer que les petits crossovers des villes peuvent se la jouer GTI à sensations.

Transformer un gentil SUV urbain en petite GTI, une idée plutôt saugrenue. Surtout par les temps – électrifiés – qui courent ! Pourtant, Ford n'a pas hésité longtemps avant de commercialiser son nouveau Puma ST. L'ancien coupé des années 90, désormais crossover des villes, est donc la dernière création à fort caractère du constructeur américain.

Bien plus petit que le Ranger Raptor, moins puissant que les Mustang et beaucoup moins exclusif que la GT, il n'en demeure pas moins très intéressant, et ce à plus d'un titre. Déjà parce qu'il est seul au monde sur un segment habituellement très sage. Et surtout parce qu'il se veut le défenseur d'un type de sportivité en voie de disparition.

 
                           02.jpg?itok=_r9ToR__

En vert et contre tous

D'ailleurs, un crossover citadin peut-il être vraiment sportif ? C'est la grande question que pose ce nouveau Ford Puma ST. Dans le style en tout cas, la transformation de gentil félin à redoutable prédateur est plutôt réussie.

Sa couleur, ce vert très flashy, fait tourner les têtes. Et puis les questions fusent sur cette drôle de race de Puma en voyant le déflecteur Ford Performance sous le bouclier avant et la calandre béante, les grandes jantes 19 pouces, la double sortie d'échappement et l'aileron arrière.

Ce que les badauds ne soupçonnent pas, c'est que le Puma cache un véritable pedigree de petite GTI. Car oui, pour être à la hauteur du blason ST, le petit SUV a très largement pioché dans la banque d'organes de sa cousine Fiesta ST. Ainsi, les liaisons au sol, la direction ou encore les gros freins proviennent de la citadine à l'excellente réputation sportive. Gage de qualité me dire-vous !

 
 
                               03.jpg?itok=e2X6r8m4

Petit gabarit, gros plaisir

Le clonage ne s'arrête pas là puisque le Puma hérite aussi du moteur de la Fiesta, à savoir le 3-cylindres 1.5 Turbo de 200 ch (à 6.000 tr/min) et 320 Nm de couple (à 2.500 tr/min). Les incollables de Ford remarqueront une différence de 30 Nm en faveur du SUV, destinée à compenser ses 75 kg supplémentaires.

Au final, le Puma ST peut envoyer ses 1 358 kg (à vide) jusqu'à une vitesse maximale de 220 km/h après avoir atteint le 0 à 100 km/h en 6,7 secondes. Exactement comme la première Focus RS, joli clin d'œil à l'histoire de la marque. Plus que ses performances somme toute correctes, c'est son agrément de conduite qui ravira son conducteur. Parfaitement installé dans un siège sport Recaro à l'excellent maintien latéral, ce dernier remarquera dès les premiers virages la qualité du châssis du petit SUV survitaminé.

Le train avant est incisif, la direction aussi précise que communicative et la caisse parfaitement bien maintenue en courbe. Bluffant pour un véhicule de ce type ! En désactivant les aides, le Puma ST montre également toute son espièglerie avec un train arrière joueur, débordant à l'envie et autorisant des petites dérives. De quoi confirmer une chose, son tempérament sportif et joueur !

 
 
                       17.jpg?itok=7isF8rQE
 

Attention aux lombaires !

Autre bonne surprise, sa capacité à exploiter au mieux les 200 chevaux du moteur. La puissance passe sans aucune perte de motricité aux deux roues avant grâce au différentiel autobloquant (1.100 € dans le Pack Performance) et la boîte mécanique est un modèle du genre.

Bien guidée, bien étagée et au verrouillage franc, elle fait parfaitement la paire avec le petit 3-cylindres vigoureux et à l'allonge généreuse pour un bloc de ce genre. Même la sonorité est travaillée, avec des petites pétarades et une tonalité rocailleuse à l'accélération. Preuve que Ford a soigné tous les détails, ou presque !

Moins docile qu'avant, voire bien plus sauvage, ce Puma ST est pénalisé en ville par un important rayon de braquage et surtout, d'un amortissement ferme, trop ferme ! Le moindre petit défaut de la route remonte ainsi dans les suspensions, et dans le dos des occupants du véhicule. Un amortissement piloté aurait pu arranger le tout, mais il aurait fait grimper une facture encore contenue (à partir de 33 650 €). Dommage car son sens de l'accueil et son coffre généreux (465 litres) invitent aux trajets à 5.

 

 

Fiche Technique Ford Puma ST
Modèle essayé : Ford Puma ST 1.5 200 ch
Dimensions L x l x h 4,23 / 1,81 / 1,53 m
Empattement 2,59 m
Volume du coffre 456 litres
Poids à vide 1.358 kg
Cylindrée du moteur 3 cylindres Turbo, essence - 1.497 cm3
Puissance moteur 200 ch à 6.000 tr/min
Couple 320 Nm à 2.500 tr/min
0 à 100 km/h 6,7 s
Vitesse max 220 km/h
Puissance fiscale 11 CV
Consommation 6,8 l/100 km
Taux de CO2 155 g/km (983 € de malus)

 

Bilan

Ce nouveau Ford Puma ST est une véritable machine à sensations. Un drôle d'engin destiné à quitter la cage des centres-villes embouteillés pour évoluer dans les grands espaces et les petits virages. Preuve qu'un gentil SUV urbain peut vraiment se la jouer petite sportive à caractère en contenant ses tarifs. La recette de toute bonne petite GTI !

 
600556243578a.jpg?itok=UfmByz_m
6005562441dd8.jpg?itok=piobst4p
600556244d8f5.jpg?itok=SsWRvPXp
600556245bd5b.jpg?itok=qJUzi1re
6005562468812.jpg?itok=JBAXNJsv
6005562471a6c.jpg?itok=EIXtr-nt
600556247cc91.jpg?itok=R178TP_y
6005562486945.jpg?itok=yBMp7EwD
600556248fffa.jpg?itok=Cl4-tFyf
600556249bb4b.jpg?itok=pvZL1byc
60055624a6684.jpg?itok=HE8axLqa
60055624afabf.jpg?itok=tInd_Bmg
60055624bbc6b.jpg?itok=Wdwu9Vhd
60055624c71aa.jpg?itok=kCz7vJu7
60055624d131d.jpg?itok=n3SDrfdV
60055624dc7c5.jpg?itok=w2h63ZPv
60055624e4385.jpg?itok=lgz2rQsQ
60055624f3917.jpg?itok=ag7ehJ2Q
600556250c44a.jpg?itok=efmlKmdv
600556251bfe4.jpg?itok=ct__eEkQ
600556252799d.jpg?itok=6TjmlkRT
600556252fbb2.jpg?itok=IiY_0RVb
600556253a308.jpg?itok=hQ46OQnE
6005562544836.jpg?itok=ccArFgjI
600556254c96d.jpg?itok=QFYAAK96
60055625571ae.jpg?itok=p2vr2Nq0
60055625634ad.jpg?itok=QceAhtSO
600556256fcf6.jpg?itok=vECu2PUz
600556257b2c6.jpg?itok=OlWJTe0_
60055625876cf.jpg?itok=Qf3UQMbQ
60055625923c6.jpg?itok=cushBK_y
600556259efa0.jpg?itok=iuuUlxLP
60055625aaf6a.jpg?itok=ow6oGq5t
60055625b53a0.jpg?itok=v4wEc6Df
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×