Jump to content

Aventador

Moderators
  • Content count

    9765
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    470

Aventador last won the day on February 28

Aventador had the most liked content!

Community Reputation

5775 Excellent

About Aventador

  • Rank
    Closer To The Road 

Recent Profile Visitors

49336 profile views
  1. Aventador

    News auto

    Comment rendre la nouvelle BMW M4 Competition moins laide ? Si la nouvelle calandre de la BMW M4 vous dérange, les ingénieurs de la société de tuning Avante Design ont une solution pour vous. Ils l'enlèvent et la remplacent par une calandre inspirée de celle de la M8. Les sociétés de tuning ne perdent pas de temps et préparent déjà une gamme de kits carrosserie pour les nouvelles BMW M3 et M4. Avante Design a décidé de se concentrer sur le Coupé (la M4) en développant un kit Widebody pour donner au coupé une attitude beaucoup plus agressive. La calandre qui a suscité tant de polémique et de controverse est toujours là, mais l'entreprise propose également de la remplacer. Avec cette deuxième option, Avante Design ramène le double haricot à une taille plus normale. Lire aussi : VIDÉO – Quand la nouvelle BMW M4 compare son design clivant avec l'ancienne génération Bien que ce ne soient que des rendus officiels pour le moment, Avante Design nous annonce que le travail de développement est presque terminé et que le kit Widebody serait produit en nombre limité. Il y aura trois niveaux disponibles, le plus musclé d'entre eux rendant la M4 plus large de près de 18 centimètres que la voiture standard. Au-delà des hanches plus élargies et de l'aérodynamique améliorée, le Coupé bénéficie également d'un capot redessiné avec deux prises d'air et quelques nervures en plus. Peut-elle devenir belle ? Pour la version qui conserve la calandre originale, il faut bien admettre que le design avant plus agressif rend la calandre XXL moins horrible que sur la Série 4 classique, mais nous sommes certains que beaucoup de gens préféreront le look traditionnel que propose Avante Design qui reprend la calandre de la M8 Competition. D'autres améliorations incluent un ensemble de prises d'air latérales sur les ailes avant ainsi qu'un aileron arrière fixe probablement emprunté au catalogue M Performance de BMW. Les pare-chocs avant et arrière sont dotés d'admissions d'air élargies. Bref, la M4 est rendue encore plus méchante. Lire aussi : La BMW M4 CSL devrait arriver plus vite que prévu Tout ce qui manque, c'est peut-être l'échappement central similaire aux futures versions M Performance. Mais en attendant les prochaines versions Cabriolet de la M4 et Touring de la M3, voilà de quoi nous offrir un peu de nouveauté pour les deux sportives Motorsport les plus connues.
  2. Aventador

    News auto

    La Cobra Daytona de Carroll Shelby est à vendre Les fans de Cobra étaient déjà surexcités en janvier lorsque la Cobra 427 de Carroll Shelby a été vendue aux enchères lors de la vente de Mecum à Kissimmee. Et voilà une nouvelle raison de frissonner : la mise en vente de sa Cobra Daytona. Elle est vraiment magnifique. On ne peut vraiment s'empêcher de le dire puisqu'en plus d'être une part d'histoire à elle seule, cette Cobra Daytona semble être flambant neuve. La voiture de 1966 restaurée a changé de mains pour 5,94 millions de dollars. C'est beaucoup d'argent, mais quoi de mieux qu'une Cobra appartenant à l'homme qui a créé la légende. Qu'en est-il de cette Cobra Daytona qui a aussi appartenu à Carroll Shelby ? Cette Daytona Coupé de 1965, châssis CSX 2469, est à vendre par la maison de vente Worldwide. Mais il s'agit cette fois d'une vente privée, pas d'une enchère. Lire aussi : La Shelby Cobra 427 de Paul Walker est à vendre Shelby et le designer Peter Brock ont créé la Daytona en greffant une carrosserie « fastback » sur le châssis de la Cobra pour améliorer sa vitesse de pointe et lui donner une meilleure chance contre des rivales comme les Ferrari, dont la 250 GTO qui était nettement plus rapide sur la ligne droite de Mulsanne au Mans. La Daytona tire son nom de la célèbre course d'endurance en Floride, qu'elle a remportée dans sa catégorie en 1965. Mais alors qu'elle a également gagné dans d'autres lieux prestigieux comme à Sebring, à Monza et à Reims, la Daytona n'a jamais empoché de victoire pure et simple au Mans. Pas d'origine ? Le seul facteur qui pourrait empêcher le prix de cette vente de s'envoler vers des sommes stratosphériques est que ce n'est pas l'une des six Daytona d'origine. En effet, elle a commencé sa vie en tant que Cobra roadster et a ensuite été transformée en coupé lorsqu'elle appartenait à Carroll Shelby. Depuis lors, son siège conducteur a reçu certains des plus grands noms du sport automobile, notamment le champion de F1 de 1961 Phil Hill, Derek Bell et Brian Redman, lors d'événements spéciaux comme Monterey et Goodwood. Lire aussi : Superformance MKIII-R : une version moderne de l'emblématique Shelby Cobra Quel sera son prix final ? Nul ne sait vraiment. Mais ce ne sera pas bon marché. Même une Daytona classique (qui n'aurait pas appartenu à Carroll Shelby) vous coûtera environ 2 millions de dollars. Mais son appartenance à une légende de l'automobile fera certainement gonfler le tarif. Affaire à suivre.
  3. Aventador

    News auto

    Hyundai Bayon (2021) : les Captur et 2008 en ligne de mire Annoncé fin 2020, le Hyundai Bayon se dévoile en détail et vient compléter le très concurrentiel créneau des SUV urbains. Curieusement, le constructeur coréen propose désormais deux modèles sur le segment, puisque le Kona reste au catalogue. Au risque de lui faire du tort ? Géographiquement, environ 12.500 km séparent Kona (dans l'archipel d'Hawaï) de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Chez Hyundai, seulement 3 cm d'écart. Orthographe mise à part, la capitale du pays basque français a bel et bien inspiré le constructeur coréen pour baptiser son nouveau petit SUV ! Il aura au moins le mérite de placer le "64" sur la carte du monde... Hyundai dispose donc de deux offres très proches pour s'attaquer aux petits SUV, dont les stars se nomment Peugeot 2008, Renault Captur et autres Ford Puma. Le Bayon n'est pas appelé à remplacer le Kona, tout juste restylé, mais à cohabiter durant au moins quelques années. Bien que très proches en termes de gabarit (4,18 m pour le Bayon, 4,21 m pour le Kona), les deux SUV auront chacun leur rôle dans la gamme Hyundai. Sur le papier du moins. Le Bayon, développé sur la plate-forme de la nouvelle i20 (dont il partage bon nombre d'éléments de style, comme la bande lumineuse à l'arrière), fera office d'entrée de gamme des SUV Hyundai, un peu plus abordable que le Kona. On attend ainsi un prix d'appel d'environ 21.000 euros, alors que le Kona débute à 24.050 €. Du volume et de l'essence L'habitacle aussi est repris de la citadine i20. Plus moderne que celui du Kona, d'ailleurs. On retrouve donc une planche de bord faisant la part belle au digital, d'aspect flatteur, avec un large écran central de 10,2 pouces. L'équipement aussi sera au beau fixe, du moins sur les versions de cœur de gamme : connexion Carplay / Android Auto, freinage d'urgence avec détection de piétons, maintien de file... On en retient surtout l'espace à bord. En dépit de dimensions un peu plus modestes, le volume de coffre est nettement supérieur à celui du Kona : 411 l, soit 50 l de plus en configuration minimale. Banquette rabattue, la capacité passe à 1.205 l (de quoi convoyer un certain stock de gâteau basque). L'habitabilité arrière devrait être similaire, l'empattement de 2,58 m étant très proche de son frère ennemi. Concernant les motorisations, le Bayon se limitera (dans un premier temps du moins) aux blocs de la i20, laissant l'électrique et le full hybrid au Kona. Sans doute pour limiter les risques de cannibalisation (ici inévitable, dans une certaine mesure). La gamme débutera ainsi avec le modeste 4 cylindres atmosphérique 1,2 l de 84 ch. Le gros des ventes devrait être assuré par le 3 cylindres 1,0 l T-GDi de 100 ou 120 ch, secondé d'un système de micro-hybridation 48V, proposé en boite manuelle 6 rapports ou automatique double embrayage 7 rapports. Déjà essayé sur la i20, ce 3 cylindres parvient à concilier un agrément de bon niveau et une sobriété intéressante. A découvrir à l'essai d'ici l'été.
  4. Aventador

    News auto

    La Mclaren 720S SWAE Widebody fait 900 chevaux Une supercar préparée qui développe 900 chevaux, cela ne nous étonne plus, mais cette McLaren 720S Widebody est un peu spéciale : elle a été conçue par une entreprise toute nouvelle dans le secteur nommée SWAE. La nature sauvage du Montana n'est pas un endroit où vous vous attendez à trouver une entreprise modifiant des hypercars. Et pourtant, niché dans les Rocheuses non loin du parc national des Glaciers, se trouve un nouveau préparateur appelé SWAE. La première offre de la société n'est pas des moindres ! Les ingénieurs ne se sont pas contentés de nouvelles prises d'air et d'un grand aileron à l'arrière pour cette McLaren 720S. Voici la SWAE 720S Widebody, gavée à la fibre de carbone et dotée d'un moteur légèrement modifié pour augmenter considérablement la puissance. Lire aussi : Cette Dodge Charger Restomod coûte plus cher qu'une McLaren 720S Il est difficile d'améliorer une voiture déjà aussi performante que la McLaren 720S, mais cette première création de la nouvelle société de préparation montre que c'est possible. Le tuner appelle cette création un « test pour les capacités de création en utilisant l'impression 3D ». En effet, comme vous pouvez l'imaginer l'impression 3D fait partie du processus de création de ce kit de carrosserie. De la fibre de carbone est utilisée mais bien qu'il s'agisse d'un kit « Widebody », les ajouts de carrosserie sont relativement subtils. Plus agressive SWAE n'explique pas exactement ce qui est différent de l'auto classique, bien que le spoiler avant et les entrées d'air autour des ailes avant sautent aux yeux dès le premier regard. Les hanches évasées à l'arrière sont également bien visibles, tout comme l'imposant aileron qui, selon SWAE, utilise les tout premiers supports d'aile en titane imprimés en 3D. Les roues spécifiques à 10 rayons ajoutent également une touche de sportivité à cette création unique. Mais le plus impressionnant concerne certainement les améliorations apportées au V8 bi-turbo de 4,0 litres. SWAE revendique plus de 900 chevaux envoyés directement aux roues arrière. Lire aussi : Il crashe une McLaren 720S, la police se moque de lui Cette McLaren spéciale a récemment été dévoilée à Miami pour présenter les capacités de l'entreprise à construire des véhicules sur mesure. Vraisemblablement, cela signifie que cette voiture n'est pas à vendre, mais SWAE mentionne un prix estimé à un peu moins de 500.000 dollars pour donner vie à cette 720S unique.
  5. Aventador

    News auto

    La Toyota Yaris élue voiture de l’année 2021 En 2020, la deuxième génération de Peugeot 208 avait été élue meilleure voiture de l'année par le jury européen. Cette fois, c'est une japonaise. La Toyota Yaris remporte le titre. Seule satisfaction pour nous, c'est la plus française des citadines japonaises qui a été élue à la première place. En effet, la Toyota Yaris est fabriquée en France, à Valenciennes. Pourtant, avant l'élection, la petite Yaris n'était pas favorite. La très récente Volkswagen ID.3 ou même la nouvelle Fiat 500e qui vient de se convertir à l'électricité semblaient plus proches de remporter l'élection. Mais non ! Les modèles 100% électriques attendront encore avant d'être élus à cette place assez prestigieuse. Lire aussi : Essai nouvelle Toyota Yaris Hybride (2020) : mieux que la Renault Clio E-Tech ? Résultat, l'auto de l'année n'est même pas européenne... en tout cas, pas de souche ! Mais ce résultat est plutôt cohérent avec les chiffres de vente du début de l'année. En janvier par exemple, la Yaris est devant la Dacia Sandero et la Peugeot 208 en Europe. Ceci dit, même si on ne s'attendait pas à ce résultat, cela rappelle des souvenirs puisque la citadine nipponne avait déjà gagné ce titre. Une fois n'est pas coutume La dernière fois que la Toyota Yaris a remporté ce titre, c'était en 2000 pour sa première génération. Comme quoi, elle avait déjà de bonnes armes pour faire face à la concurrence il y a 20 ans déjà. D'ailleurs, sa seule rivale française parmi les 7 finalistes finit 7ème... Le look très clivant de la nouvelle Citroën C4 n'aura certainement pas séduit le jury européen. Les journalistes de l'association Car Of The Year ont fait leur choix, et leur sentence est irrévocable... Il faudra attendre l'année prochaine si l'on veut espérer voir une tricolore briller. Le classement final : Toyota Yaris : 266 points Fiat 500 : 240 points Cupra Formentor: 239 points Volkswagen ID.3 : 224 points Skoda Octavia : 199 points Land Rover Defender : 164 points Citroën C4 : 143 points
  6. Aventador

    News auto

    Essai BMW 128ti (2021) Les plus Chronos musclés Boite auto efficace Comportement, équilibre et précision châssis Autobloquant et électronique bien gérés Les moins Caractère linéaire du 4 cylindres Poids encore élevé Remontées de couple, sans surprise La propulsion pour la Série 1, c'est vraiment fini... En ressortant le badge "ti" des cartons, BMW renoue avec un genre qu'il avait délaissé au début des années 2000. La 128ti prend ainsi le relais d'une lignée de compactes énervées et fait office de GTI bavaroise, 265 ch et poids en baisse à l'appui. Seulement, entretemps, la Série 1 est devenue traction... On aurait tendance à oublier que chez BMW, lorsqu'il s'agit de concocter des modèles à fort tempérament, tout ne se résume pas au tonitruant 6 en ligne des M3 / M4 ou aux gros V8. L'histoire BMW comporte aussi un autre volet, tout aussi sympathique que l'artillerie lourde des modèles Motorsport, et tout aussi emblématique. L'appellation "ti", pour Turismo Internazionale, est apparue au milieu des années 60 avec la 1800ti, suivie de la 2002ti... Sonner latin était de bon ton à l'époque, pour donner la réplique aux Alfa Giulia Ti. Il n'était pas question de grosses GT sur-motorisées, mais de gabarits compacts, légers, mus par des 4 cylindres nerveux, et relativement abordables. La recette a perduré (quoique édulcorée et alourdie) avec les deux générations de Série 3 Compact, ancêtre de la Série 1 disparue en 2004. La 128ti ne sort donc pas de nulle part et ressemble à un retour aux sources... que les nostalgiques verront comme un cache-misère marketing. Nous aussi l'avons suffisamment déploré : en devenant traction, cette génération de BMW Série 1 a perdu ce qui faisait son piment et sa particularité. Elle était la seule compacte propulsion du marché. Essayons tout de même d'y trouver notre compte, vu que les lamentations n'y changeront rien. La Série 1 n'a certes plus grand-chose pour se démarquer des Audi A3 et Mercedes Classe A, et fait figure de traction convenablement aboutie. La 128ti, 265 ch et châssis affuté à l'appui, présente néanmoins une partition intéressante et se place ainsi en rivale directe des plus populaires Renault Mégane RS, Ford Focus ST et Volkswagen Golf GTI. Etrange, oui. Un peu plus que des stickers Passés l'enrobage spécifique (boucliers M Sport, jantes de 18 pouces) et les rappels "ti" qui fleurissent un peu partout (monogrammes, stickers de bas de caisse, brodé sur l'accoudoir central), la 128ti cache des dessous connus. En réalité, BMW a repris la base de la M135i, la plus performante de la gamme, ici simplifiée et allégée. Elle perd sa transmission intégrale, le poids baisse de 80 kg au passage (1.445 kg à vide), et la puissance du 4 cylindres 2 litres est ramenée de 306 à 265 ch. La 128 ti peut se résumer ainsi : une M135i simplifiée, moins puissante, allégée et plus abordable. Minimum 46.550 €, tout de même. Elle a droit, en revanche, à un vrai différentiel mécanique à glissement limité (Torsen), aux gros freins de la M135i (disques de 360 mm à l'avant), à ses barres anti-roulis et son châssis sport, qui perd au passage sa suspension pilotée. Abaissé de 10 mm, et sévèrement plus ferme que celui d'une Série 1 classique. Les premiers tours de roues donnent le ton : à basse vitesse, c'est raide ! Au fil des kilomètres, le ressenti est heureusement loin d'être insupportable et les aspérités sont correctement gommées. Relativement prévenant, mais c'est du sport. La direction extrêmement précise, recalibrée, semble taillée comme un scalpel : ultra-direct, le toucher de route du train avant confirme l'orientation de l'auto. On confirme, BMW ne s'est pas contenté de lui coller quelques logos... Oublions ce qu'était une Série 1 Un 4 cylindres, passe encore. BMW a su en faire de très bons, par le passé. Ici, il sait donner de la voix, au démarrage et jusqu'aux régimes intermédiaires en tout cas. Pour une fois, pas de retours de gaz ou crépitements outranciers. Même si l'échappement est très travaillé, la sonorité est plaisante et sonne bien moins artificiellement que d'autres moteurs de même architecture. Dans le registre des compactes teigneuses, cette 128ti gronde fort et ravit les tympans... à condition d'oublier le 6 en ligne des anciennes M140i ou même 130i. Elles aussi auraient tout aussi bien pu mériter ce fameux label "ti". Les chronos sont là, la sonorité est plaisante… Mais rien à voir avec ce qu’était une Série 1 ou, plus lointaine, une 323ti. Quatre cylindres turbo, simple traction : la 128ti est devenue une compacte sportive comme les autres. Et le constat se confirme pour toute l'auto, au fil de notre essai sur les routes exigeantes et humides du Cotentin. La 128ti révèle un tempérament tout à fait attachant, un rien turbulent, mais à des années-lumière de ses aïeules. Les chronos sont bien là, costauds d'ailleurs : 6,1 s de 0 à 100 km/h, et des relances musclées comme il faut, bien servies par une boite 8 rapports rapide et convenablement gérée. En mode Sport, on la laisse faire son travail toute seule, sans toucher aux palettes, et on profite même d'un léger à-coup au passage de rapport supérieur. Pour les sensations, c'est top ! Ensuite, le ressenti est plus mitigé. A mesure que l'on grimpe dans les tours, la poussée reste linéaire au possible, sans aspérité... et sans les envolées d'un bon vieux 6 cylindres à l'approche de la zone rouge. En fait, son caractère pourrait être celui de n'importe quel "4 pattes" turbo. Là n'est pas le plus déroutant : des remontées de couple dans la direction (400 Nm à canaliser tout de même), un volant BMW qui guidonne en remise des gaz, il faudra s'y faire ! Tendance accentuée sur le mouillé, où il convient de s'appliquer à l'ouvrage et tenir fermement le cerceau, vu que le train avant très incisif a la fâcheuse manie de suivre de près les irrégularités de la route. Le parti-pris plaira aux fans de sportives "tout à l'avant". Les interventions de l’ARB, antipatinage amélioré, sont saines et assez transparentes. Combinée à l’autobloquant mécanique, l’ensemble gomme le sous-virage la plupart du temps… mais n’évite pas les remontées de couple. Au moins, le sous-virage est effacé, à moins de vraiment forcer le trait. Le Torsen, combiné à un antipatinage amélioré (baptisé ARB), fait un excellent travail : on pivote, la motricité reste de haut niveau et le comportement rassure. L'arrière reste cadenassé au sol, les mouvements de caisse sont tenus comme il se doit. Et puis, l'abandon de la transmission intégrale et la perte de poids ont du bon : ce qu'elle a perdu en efficacité par rapport à la M135i, la 128ti le gagne en agilité et en vivacité. Rien de très enjoué dans l'absolu, mais le compromis est intéressant. Presque abordable, vraiment ? Techniquement, la 128ti reste donc une M135i plus dépouillée et élémentaire. Ses tarifs sont aussi légèrement plus doux : 6.400 € de moins, soit un prix d'appel de 46.550 €. Et bonne nouvelle, pour une fois, le malus ne ressemble pas à une extorsion de fonds en règle (1.172 € de taxe CO2, pour la configuration de base homologuée à 157 g / km). Notons d'ailleurs que l'appétit du 4 cylindres bavarois est resté étonnamment bas, compte tenu de notre rythme plutôt soutenu : environ 11 l / 100 km relevés, chiffre qui descend aisément autour de 9 l en adoptant une conduite plus modérée. L’habitacle diffère peu d’une Série 1 classique. Sellerie spécifique, rappels des couleurs M sur les ceintures, logo « ti » sur l’accoudoir. Comme toujours, la finition est soignée et la position de conduite sans reproche. Cette sportive "accessible" reste néanmoins très typée... BMW, financièrement. L'équipement est assez complet (sièges sport, finition spécifique "ti", interface média, caméra et radars de stationnement) mais les rivales sont bien moins dispendieuses : une Golf GTI est 3.000 € moins chère, aussi performante, et une Focus ST va bien plus loin dans la radicalité pour 10.000 € de moins (de quoi compenser plus de 6.000 € de malus). En revanche, la 128ti est mieux placée qu'une Megane RS, plombée par près de 10.000 € de malus. Quand la fiscalité française tue ses propres produits... nous aurons hélas l'occasion de revenir sur le sujet, la Peugeot 308 GTi n'a d'ailleurs pas survécu. Difficile de confondre la 128ti avec une simple Série 1 : logos, éléments rouges, boucliers M Sport… Un rien clinquant, c’est assumé. Une Mégane RS parait presque plus sobre ! Caractéristiques techniques BMW Série 1 128ti (2021) Fiche Technique BMW Série 1 128ti Modèle essayé : BMW Série 1 128ti Dimensions L x l x h 4,319 / 1,799 / 1,434 m Empattement 2,670 m Volume mini / maxi du coffre 380 / 1.200 l Poids à vide 1.445 kg Cylindrée du moteur 4 cylindres essence, turbo - 1.998 cm3 Puissance 265 ch à 4.750 trs/mn Couple 400 Nm à 1.750 trs/mn 0 à 100 km/h 6,1 s Vitesse max 250 km/h Taux de CO2 157 g / km (WLTP) Consommation annoncée - relevée 6,9 l - 11 l / 100 km (conduite sportive) Malus 2021 1.172 euros Tarifs à partir de 46.550 € Bilan La 128ti signe un coup d'essai alléchant sur un terrain tout nouveau pour BMW, même si le résultat n'a évidemment plus rien à voir avec ce qu'était une Série 1 auparavant. Les nostalgiques de la propulsion seront dépités, les adeptes de compactes sportives y trouveront leur compte. Bonne surprise donc, malgré l'appréhension du départ... et un caractère moteur un peu trop sage.
  7. Allah Ybarek. Soit pas moins de 100.000 en KM.
  8. Aventador

    Renseignement sur Licence moudjahid

    C'est comme l'histoire des Sandero Stepway en couleur blanche ! Alors qu'elle n'a jamais été commercialisé chez le CC avec cette couleur , même histoire avec les 208 MIB il y avait une série ( l'équivalent de la finition Active ) mais qui n'a été jamais commercialisé mis- a part la Tech-vision . Je l'ai vue auprès du CC Peugeot ( voir photo ) ! ...etc . L'essentiel soit sur qu'il n'y a pas d'importation pour le moment , @EleCtrO_12
  9. Aventador

    Sujet Sans Fin ...

    Bonsoir . Prochain concours ca sera : ( Le Cockpit De Votre Voiture )
  10. Salam les Autobipistes . Après la clôture du concours du mois du Février qui portait le thème " Votre voiture Vue De Profil " . La victoire reviens encoure une fois a notre cher membre @kniss_16 , On remercie tout les participants ainsi que tous les votants, et même tous les contributeurs par commentaires . Nous avons le plaisir de lancer le concours photo du mois de Mars 2021 qui porte le thème : " Le Cockpit De Votre Voiture " Thème assez simple, Montrez votre cockpit soit sous sont plus beau jour . soit de façon détournée . Etc . A vous de faire ressortir votre talent . !!!!! Photo pour le plaisir des yeux d'une magnifique Jetta US :  Rappel des règles à suivre et l'historique des concours "REGLES" Pour les Dates : - du 1 au 20 Mars 2021 à 20h00 pour envoyer vos photos à @Aventador ( moi ) . - du 20 à 20h00 au 29 à 20h00 pour voter, et du 29 au 31 pour que le gagnant choisit le prochain thème.  Ps : Aucune retouche n'est acceptée sauf le réglage : Couleur / lumière / contraste / netteté. Les participants doivent voter dans les 48h qui suivent l'ouverture sinon il y aura défalcation de cinq (5) point en cas du dépassement des 48h et de dix (10) en cas de non vote ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Mode de vote : 1er ----> 5 points 2ème ----> 4 points 3ème ----> 3 points 4ème ----> 2 points 5ème ----> 1 points
  11. Bonsoir & bienvenue au Forum , . Idem l'avis de nos chers membres . Et je pense aussi que c'est un probablement connue sur les Focus & Fiesta . ( Sonde lambda ) . Nassima
  12. Aventador

    Renseignement sur Licence moudjahid

    Surement c'est un stock !! J'ai déjà vu un stock chez Cima-Motors les Santra-Fe et les Elantra je crois ou bien i40 ! je ne suis pas sur , Donc possible que c'est un stock . pare ce que si c’était vraiment importée elle ne sera pas avec cette plaque d'immatriculation 00-14 !! EleCtrO_12
  13. Aventador

    Renseignement sur Licence moudjahid

    Malheureusement c'est le cas de notre marché ! Pour l'histoire de l'importation rien n'est officiel dans ce pays .....donc... EleCtrO_12
×